Master International en Audit et Gestion d'Entreprise

Présentation du Programme

Le Master International en Audit et Gestion d’Entreprise offre de formation de qualité grâce à d’excellents fondements théoriques et pratiques et validé l’expérience de Sociétés d’Audit et de Sociétés de Conseil multinationales.

A qui le Master s'adresse-t-il?

Le Master International en Audit et Gestion d’Entreprise s’adresse à:

  • Des économistes, des professionnels en relation avec le monde de l’entreprise (contrôleurs, auditeurs internes, intervenants, analystes des risques, directeurs financiers, responsables administratifs, planification ou contrôle de gestion, etc.) et à toute personne intéressée par ce domaine.

Diplôme

Une fois que l’étudiant aura achevé le programme avec succès, celui-ci recevra un Diplôme délivré par l´Université où il se sera inscrit avec le parrainage de la Fondation Universitaire Ibéro américaine (FUNIBER).

Structure du Programme

La durée estimée du programme Master International en Audit et Gestion d’Entreprise est de 950 heures (95 crédits)1.

La distribution du temps est établie de la manière suivante:

  • Etant donné qu’il s’agit d’un programme à distance et n´étant pas sujet à des cours présentiels, il n´est pas prévu de date fixe de début des cours, de sorte que l´étudiant peut formaliser son inscription à n´importe quel moment, dans la limite des places disponibles.
  • Pour des raisons académiques et didactiques, il est stipulé une durée minimum du Programme qui, dans des cas exceptionnels, pourra être de six mois (par exemple, convalidation des matières).
  • Le temps maximum pour réaliser le Master est de 24 mois. Durant cette période de temps, l’élève doit avoir réussi toutes les activités évaluées ainsi que le Projet Final de Master ou la Thèse.

La structure des crédits du Master International en Audit et Gestion d’Entreprise est indiquée dans le tableau suivant:

  CRÉDITSa HEURES
1e Partie: Gestion d’Entreprise 18 180
2e Partie: Audit: Qualité, Environnement et Prévention 14 140
3e Partie: Statistiques et Finances 11 110
4e Partie: Comptabilité, Financement et Fiscalité Internationale 11 110
5e Partie: Comptabilité Supérieure 11 110
6e Partie: Audit 20 200
7e Partie: Projet Final ou Mémoire 10 150
TOTAL 95 950

a. L’équivalence en crédits peut varier selon l’Université qui délivre le diplôme.

Objectifs

Objectif général:

  • Former des professions possédant une connaissance pratique et actuelle de la comptabilité, capables d’élaborer des états financiers et un audit des entreprises, tout en développant la capacité de l’analyse critique et la prise de décisions dans la gestion intégrée et systémique de l’organisation, grâce au soutien des NTIC.

Objectifs particuliers:

  • Proposer, concevoir et exécuter des procédés d’audit à la mesure de la contingence de l’entreprise, avec une portée variant de l’évaluation préalable des systèmes de contrôle interne à l’émission de rapports d’audit.
  • Connaître, dominer et appliquer les techniques les plus adéquates à l’audit des différents départements de l’entreprise.
  • Élaborer, comprendre et interpréter les différents états financiers générés via l’information comptable de l’entreprise.
  • Dominer l’ensemble des techniques, instruments et outils qui valident l’expertise dans le processus d’analyse économique et financière.
  • Gérer les organisations avec une vision intégrale et de qualité, sous une perspective moderne fondée sur les normes ISO 9001, ISO 14001 et ISO 45001 comme outils de gestion de la durabilité de l’entreprise.
  • Développer des aptitudes à la recherche concernant la problématique de l’entreprise, de façon poussée, argumentative, interprétative, entreprenante, multidisciplinaire, novatrice et éthique, avec pour objectif l’entretien de la connaissance théorique et méthodologique, plus particulièrement dans le domaine de l’audit et de la gestion d’entreprise.

Débouchés professionnels

Parmi les débouchés professionnels du Master International en Audit et Gestion d’Entreprise, nous pouvons citer:

  • Auditeur des comptes annuels.
  • Auditeur interne.
  • Responsable de comptabilité.
  • Consultant.
  • Conseiller d’Entreprise.

Programme d'études

Le programme de Master International en Audit et Gestion d’Entreprise dispose d’une structure formée de sept parties formatives complémentaires afin d’obtenir une formation intégrale en matière de gestion et administration d’entreprise, dont l’objectif est de former des spécialistes en audit.

1e Partie: Gestion d’Entreprise (180 heures)

La première parte permet d’acquérir une vision générale de l’entreprise d’un point de vue social et relationnel aussi bin avec les clients internes qu’externes.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la première partie sont indiquées dans le tableau suivant:

2e PARTIE: Audit, Qualité, Environnement et Prévention (140 heures).

La deuxième partie établit les bases pour implanter des systèmes de gestion de la qualité dans les organisations et transmet les procédés d’audit en tant qu’outil de diagnostic nécessaire pour mesurer le degré d’efficacité du système.

Les matières et heures correspondantes qui composent la deuxième partie sont indiquées dans le tableau suivant:

AUDIT, QUALITE, ENVIRONNEMENT ET PRÉVENTION
MATIÈRES HEURES
Gestion de la Qualité: ISO 9001 et Audit 50
ISO 45001 30
Gestion de L’environnement : ISO 14001 et Audit 50
TOTAL 130

3e PARTIE: Statistiques et Finances (110 heures).

La troisième partie permet d’assimiler les concepts statistiques et financiers et de maîtriser les outils des deux matières fondamentales dans le monde de l’audit.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la troisième partie sont indiquées dans le tableau suivant:

STATISTIQUES ET FINANCES
MATIÈRES HEURES
Statistiques de base 30
Statistiques et Échantillon 20
Mathématiques Financières 20
Direction Financière 40
TOTAL 110

4e PARTIE: Comptabilité, Financement et Fiscalité Internationale (110 heures).

La quatrième partie permet d’établir les fondements de la fiscalité du point de vue international et de familiariser l’élève aux normes internationales de comptabilité et d’information financière.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la quatrième partie sont indiquées dans le tableau suivant:

COMPTABILITE, FINANCEMENT ET FISCALITE INTERNATIONALE
MATIÈRES HEURES
Évaluation financière pour les IAS 30
Normes Internationales de Comptabilité 60
Financement et Fiscalité Internationale 20
TOTAL 110

5e PARTIE: Comptabilité Supérieure (110 HEURES).

La cinquième partie approfondit les connaissances des étudiants en matière de comptabilité, en leur transmettant les outils nécessaires pour effectuer l’audit de chacun des domaines.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la cinquième partie sont indiquées dans le tableau suivant:

6e PARTIE: Audit (200 heures).

La sixième partie approfondit les connaissances des étudiants en matière de comptabilité, en leur transmettant les outils nécessaires pour effectuer l’audit de chacun des domaines.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la sixième partie sont indiquées dans le tableau suivant:

7e PARTIE: Méthodologie de la recherche scientifique et Projet Final (150 heures).

Le Projet Final de Master, qui représente 15 crédits, a pour objectif de présenter un travail complet montrant le développement total d’un projet, envisageant la possibilité de son exécution concrète, en accord avec les directives et les détails relatifs à la proposition présentée.

MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET PROJET FINAL
MATIÈRES HEURES
Méthodologie de la recherche scientifique 50
Projet final 100
TOTAL 150

Description des sujets

1e Partie: Gestion d’Entreprise (180 heures)

  1. Gestion Stratégique des Ressources Humaines

    L’objectif de cette matière est d’offrir une vision générale du rôle du directeur des ressources humaines au XXIe siècle, en passant en revue les domaines d’activité de la gestion, ainsi que l’intégration à la stratégie de l’entreprise.

    Voici certains des sujets que l’on étudiera dans cette matière:

    STRATEGIE ET GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH)
    Introduction. Stratégie de l’organisation de l’entreprise. Caractéristiques et tendances de la nouvelle GRH. Nécessité du modèle de fonctionnement de la GRH.
    GRH : TECHNOLOGIE POUR SON DIAGNOSTIC, SA PLANIFICATION ET SON CONTRÔLE
    Introduction. Technologie pour le diagnostic, la planification et le contrôle de la GRH.
    PLANIFICATION STRATÉGIQUE DES RH ET OPTIMISATION DU PERSONNEL
    Introduction. Le processus intégrateur et systémique de la planification des RH. Comment déterminer et optimiser le personnel.
  2. Éthique d’Entreprise et Responsabilité Sociale Corporative

    Permet d’acquérir un mode de pensée exécutif pour pouvoir comprendre de façon holistique les postes de direction actuels ou souhaités. Cette matière permet d’approfondir la connaissance du concept d’éthique et la responsabilité sociale, sa validité et son caractère universel, mais aussi les standards éthiques et leur relation avec l’efficacité de l’entreprise.

    FONDEMENTS DE L’ÉTHIQUE DE L’ENTREPRISE
    Évolution historique de l’éthique. Son caractère universel. Définition de l’éthique. Méthodes d’étude. Raisons pour agir intelligemment. Besoin de tenir compte des intérêts d’autrui. Conduite éthique, point de vue de l’entreprise. Standards éthiques et efficacité de l’entreprise. Principes fondamentaux de l’éthique de l’entreprise. Besoin de fixer des objectifs. Éthique, légalité et valeurs. Valeurs partagées. Pourquoi s’intéresse-t-on de plus en plus à l’éthique de l’entreprise ?
    BESOIN DE L’ÉTHIQUE DE L’ENTREPRISE
    Définition de l’entreprise et de la société. L’entreprise comme système intégré à la société. Éthique et société. L’influence de l’éthique sur l’organisation de la société. L’éthique de l’entreprise. L’éthique et la compétitivité. La responsabilité sociale corporative (RSC), priorités et objectif d’une entreprise éthique. La gestion durable de l’entreprise. Les obligations de l’entreprise envers les clients, le personnel et les investisseurs. La formation éthique en tant que nécessité pour obtenir une relation commerciale de confiance. Les atouts de la mise en place d’un code éthique. Points négatifs d’une utilisation incorrecte de l’éthique dans les organisations.
    BASES DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE CORPORATIVE (RSC)
    Vision générale de la responsabilité sociale corporative (RSC). Histoire de la responsabilité sociale corporative (RSC). Le besoin d’une responsabilité sociale. La société et ses graves déséquilibres. Limites et défis de la création d’une entreprise. Règles communautaires sur la responsabilité sociale. Contribution spéciale de la prévention à la responsabilité sociale. Différents types de responsabilités sociales. Ligne d’action et analyse de la situation dans le domaine de la responsabilité sociale. Évaluer les responsabilités sociales.
    LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT DANS LA RESPONSABILITÉ SOCIALE CORPORATIVE (RSC)
    Vision générale de la protection de l’environnement. Les principaux problèmes de l’environnement dans le monde. Les différentes étapes de la protection de l’environnement (de Stockholm à Rio). Stratégies des entreprises contre les problèmes de l’environnement. Mode d’action : prévenir au lieu de réparer. La responsabilité sociale corporative (RSC) lutte pour prévenir et contrôler la pollution. Définition des normes structurées de l’environnement. Les certifications environnementales des entreprises. Évaluation environnementale stratégique (EES) de plans hydrologiques. Proposition de méthodologie.
    LA RESPONSABILITÉ SOCIALE CORPORATIVE (RSC) ENVERS LES GROUPES D’INTÉRÊT DES ENTREPRISES
    Les groupes d’intérêt des entreprises. Le contact avec le personnel, axe central de la responsabilité sociale corporative. Les processus organisationnels. Une vision intégrée. La responsabilité sociale corporative (RSC) envers les clients. La responsabilité sociale corporative (RSC) envers les fournisseurs. La responsabilité sociale corporative (RSC) envers les actionnaires. La gestion de la responsabilité sociale.
    LE FACTEUR HUMAIN AU CENTRE DE L’ÉTHIQUE DE L’ENTREPRISE
    Les personnes comme source de revenus et non pas de coûts. Culture de l’entreprise, motivation, sens d’appartenance et leadership. Variables du rôle éthique de la communauté d’entreprises. L’environnement de l’organisation la communication et l’autorité comme un tout pour déterminer les valeurs éthiques. Relation entre l’éthique de l’entreprise et les tendances actuelles de gestion. La gestion holistique du facteur humain dans les entreprises socialement adaptées, macro-tendances de la gestion du talent humain. L’éthique et le commerce électronique.
  3. Gestion et Direction des Opérations

    Cette matière traitera les aspects les plus stratégiques et généraux associés à la vision générale de la chaîne logistique. Elle étudiera ensuite les différentes opérations tactiques et opératives.

    Voici certains sujets que l’on étudiera dans cette matière:

    CONCEPTION DES SYSTÈMES DE PRODUCTION. PLANIFICATION ET CONCEPTION DU PRODUIT
    Introduction. Séquence de planification et conception du produit. Aspects de la planification et conception du produit. Cycle de vie technique du produit. Aspects tenus en compte par les clients. Le cycle de vie marketing d’un produit. La qualité de la conception. Le savon, un produit au même titre que l’avion. Développer de nouveaux produits ou éliminer les anciens.
    PLANIFICATION ET CONCEPTION DU PROCESSUS
    Introduction. Objectifs des processus. Valeur ajoutée. Exemples novateurs. La technologie et l’apprentissage des opérations. Technologie, production et stratégies d’entreprise.
    PRÉVISIONS
    Introduction. Utilisation des prévisions dans l’entreprise. Gestion de la demande. Dimensions du comportement humain dans la prévision. Composantes de la demande. Les différents types de prévisions. Choix du modèle de prévision. Techniques qualitatives de prévision. Techniques quantitatives de prévision : analyse des séries temporelles. Techniques de prévision : liens de causalité. Prévisions envisagées. Prévisions fondés sur le Web : planification, prévision et réapprovisionnement collaboratifs (PPRC).
    PLANIFICATION ET CONTRÔLE DE LA CAPACITÉ
    Introduction. Gestion de la capacité dans les opérations. Délais pour la planification de la capacité. Concepts de la planification de la capacité. Planification de la capacité. Déterminer quelles sont les conditions de capacité. Déterminer la capacité disponible. Déterminer quels sont les besoins de capacité. Temps d’approvisionnement. Quel est la meilleure façon d’ajuster la capacité disponible dont l’entreprise a besoin à court et à moyen terme. Planification et contrôle de la capacité à long terme. Planification de la capacité de service.
    PLANIFICATIONAGRÉGÉE DE LA PRODUCTION ET PROGRAMMATION CLÉ.
    Introduction. L’obtention d’un plan agrégé : possibilités d’action et facteurs à ne pas oublier. Processus de planification agrégée. Techniques pour la planification agrégée. Techniques de planification agrégée dans les entreprises de services. La programmation maîtresse de la production. Planification approximative de la capacité. Conclusions finales.
    LES SYSTÈMES MRP (MATERIAL REQUIREMENTS PLANNING)
    Introduction. Les systèmes MRP. Les systèmes MRP évolués : MRP II (Manufacturing Resource Planning) versus MRP. Composants basiques d’un système MRP. Les résultats du système MRP II. Comment utiliser le système. CRP (Capacity Requirements Planning) : planification des besoins en capacité. Calcul des coûts. Fonctions du système. Résultats du système. Les atouts et les inconvénients du système. Le problème de l’utilisation des systèmes MRP. Applicabilité et adéquation.
    LE JUSTE-À-TEMPS (JAT) (JUST IN TIME, JIT, EN ANGLAIS)
    Introduction. Objectifs et éléments du JAT. Égaliser la production. Excuses utilisées par l’entreprise pour ne pas utiliser le JAT. Conditions pour l’utilisation du JAT. Avantages du JAT. Idées pour l’utilisation du JAT dans une entreprise. Exécution et contrôle : la méthode du Kanban. Le JAT dans le secteur des services.
    SYSTÈMES DE PRODUCTION SYNCHRONISÉS. TECHNOLOGIE DE PRODUCTION OPTIMISÉE (OPT : OPTIMIZED PRODUCTION TECHNOLOGY, EN ANGLAIS) ET THÉORIE DES CONTRAINTES (TOC : THEORY OF CONSTRAINTS EN ANGLAIS)
    Introduction. Le but d’une entreprise selon la TOC. La Théorie des Contraintes (TOC). La TOC appliquée à la gestion de l’OPT. La solution DBR (Drum-Buffer-Rope) : le tambour, le tampon et la corde. La programmation avec DBR. Le logiciel DBR.
    PROGRAMMATION DES OPÉRATIONS
    Introduction. Programmation des opérations. Systèmes basiques. Processus par ordre (programmation de projets). Processus intermittent (programmation de commandes). Programmation des charges de travail. Programmation d’un Job Shop (atelier à cheminements multiples). Répartition des travaux. Programmation de la commande. Processus continus (programmation de flux). Programmation par contrôle.
    LE CONTRÔLE DE L’INEFFICACITÉ : LA PRODUCTIVITÉ
    Introduction. Importance de la productivité. Qu’est-ce que la productivité ? Les différents types de productivité. Facteurs qui influencent la productivité. Analyse de la productivité. Productivité fonctionnelle.
  4. Logistique

    Cette matière permet de connaître et de comprendre le concept de logistique dans les opérations des entreprises pour maîtriser la gestion de l’acquisition, le mouvement et l’emmagasinage des produits, et le contrôle des stocks, ainsi que l’information liée à tous ces facteurs.

    LA GESTION DANS LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT
    Introduction. La gestion du système logistique. La chaîne d’approvisionnement. Importance de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement. Logistique : défis et opportunités. Un environnement logistique changeant. Objectifs de la gestion logistique. Les coûts de la logistique. Stratégie et planification de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement. Planification de la chaîne d’approvisionnement. Zones de planification de la logistique. Les lignes d’approvisionnement et de distribution globales. Facteurs spéciaux des chaînes d’approvisionnement globales. Comment s’organise l’entreprise pour une logistique globale.
    LES FONCTIONS D’ACHAT ET D’APPROVISIONNEMENT
    Introduction. Objectifs de la fonction d’achat. Importance de la fonction d’achat. Relation de la fonction d’achat avec le reste de l’entreprise. Planification stratégique de la fonction d’achat. Modèle d’analyse des processus d’achat.
    GESTION DES STOCKS
    Introduction. Définition et différents types de stocks. Les différents types de stocks et leurs fonctions. Mesure de la performance des systèmes de stocks. Coûts liés aux stocks. Distribution des stocks selon leur valeur : la méthode ABC. Systèmes de stocks. Modification des hypothèses idéales initiales. Approvisionnement de commandes simultanées. Systèmes de contrôle des stocks. Pourquoi utiliser les systèmes de contrôle des stocks.
    LA GESTION DES ENTREPOTS
    Introduction. Une nouvelle façon de gérer les entrepôts. Conception efficiente des entrepôts. Les principes d’organisation des entrepôts. Distribution de l’entrepôt. Les processus dans les entrepôts. L’équipement de l’entrepôt.
    LOGISTIQUE DE DISTRIBUTION
    Introduction. Direction stratégique de la distribution. La logistique de la distribution et son futur. Organisation de la distribution. Planification du réseau de distribution. Données pour la planification du réseau de distribution. Systèmes de distribution. DRP : Distribution Resource Planning (Planification des ressources de distribution). Planification des ressources de distribution.
  5. e-Business et son intégration dans les Systèmes Corporatifs de Gestion

    La matière permet d’acquérir une large vision du concept et de la notion de l'intégration patronale grâce à l’information en examinant l’intégration depuis l’aspect organisationnel et technologique, et les concepts essentiels de l'intégration basée sur les TIC tels que les ERP, SCM et CRM.

    VISION ORGANISATIONNELLE DE L’INTÉGRATION : APPROVISIONNEMENTS, CLIENTS ET SYSTÈMES
    Introduction. Fondements. Chaîne de valeur. Exemple d'intégration des chaînes d'approvisionnement. Réflexions.
    VISION TECHNOLOGIQUE DE L’INTÉGRATION : ASPECTS CONCEPTUELS DE L'INTÉGRATION E-BUSINESS
    Importance de l'e-business. Changement organisationnel. Stratégie d'affaires. e-Business : mise en place. Business engineering (ingénierie commerciale)
    SYSTÉMES DE PLANIFICATION D’ENTREPRISE (ERP)
    Aspects conceptuels. Intégration dans la gestion de l'information. Intégration des ERPS. Sélection du fournisseur. Impact stratégique sur le retour sur investissement. Implémentation. Défi stratégique aux ERP. Principaux fabricants (espagnols).
    GESTION DES RESSOURCES HUMAINES À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE
    Introduction. Le changement dans les entreprises. Gestion des ressources humaines. La technologie dans la gestion de la ressource humaine.
    GESTION DES RELATIONS AVEC LES FOURNISSEURS (SMC)
    Introduction. La chaîne d'approvisionnement. Définition. Gestion de la chaîne d'approvisionnement. Mise en marche de la SMC dans l'e-Business. Réflexions.
    LA GESTION DES RELATIONS AVEC LES CLIENTS (CRM)
    Introduction. Questions conceptuelles. Stratégie. Implémentation. La sélection du fournisseur. Intégration. Fabricants. CRM et commerce électronique : e-CRM.

2e PARTIE: Audit, Qualité, Environnement et Prévention (140 heures)

  1. Gestion de la Qualité: ISO 9001 et Audit

    Cette matière permettra à l’élève d’avoir une formation intégrale sur la mise en place d’un système de gestion de qualité ISO 9001 dans l’entreprise pour satisfaire les besoins des clients et des autres agents économiques.

    Voici certains sujets que l’on traitera ici:

    SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ
    Présentation des systèmes de gestion de qualité. La famille de normes ISO 9000. Les 8 principes de gestion de la qualité. Gestion et contrôle des processus. Différences entre normes de produit et systèmes de gestion. Plan de mise en place d’un système de gestion de la qualité. Systèmes de gestion dans des secteurs spécifiques. Bilan mondial de mise en place de la norme ISO 9001 : 2000. Nouveautés de la nouvelle version de l’année 2008. Calendrier de mise en place.
    LA NORME ISO 9001 DE 2008 EXPLIQUÉE CHAPITRE À CHAPITRE
    FONCTIONNEMENT HABITUEL DE LA NORME ISO 9001
    AUDIT DE LA QUALITÉ
  2. ISO 45001

    Cette matière présente le modèle actif et la planification de l'activité préventive sont un élément fondamental et critique de tout modèle de gestion de la prévention des risques professionnels, instrumentalisé dans la norme ISO 45001:2018, tout comme les informations documentées nécessaires et les exigences d'audit.

    Voici certains des points abordés dans la matière :

    LE RÔLE DE LA PRÉVENTION DANS LA GESTION GLOBALE DE L’ENTREPRISE
    Antécédents. Le système d'action réactif. Éléments de réussite du système d'action actif. Intégration de l'activité préventive. Comment réalise-t-on l’intégration de la prévention des risques professionnels ? Qu'est-ce qu’un système de gestion de la prévention des risques professionnels ? Types de modèles de gestion. Responsabilités de la direction.
    PLANIFICATION DE L'ACTIVITÉ PRÉVENTIVE DANS L'ENTREPRISE
    Introduction. Définition de la planification préventive. Planification par objectifs et règles de procédure. Aspects de la planification des activités préventives. Procédure générale de planification.
    LA NORME ISO 45001:2018
    Introduction. Antécédents de la norme ISO 45001:2018. Structure de haut niveau : l’Annexe SL. Principales modifications de la norme ISO 45001:2018 par rapport à la norme OHSAS 18001:2007. Priorités dans la mise en œuvre. Certification du système de gestion de la SST conformément à la norme ISO 45001:2018. Transition de la spécification à la norme ISO 45001 :2018.
    MISE EN ŒUVRE DE LA NORME ISO 45001:2018
    Introduction. Objet et champ d'application. Références normatives. Termes et définitions. Contexte de l’organisation. Leadership et participation des travailleurs. Planification. Support. Opération. Évaluation des performances.
    INFORMATIONS DOCUMENTÉES SUR LE SYSTÈME DE GESTION DE LA SST SELON LA NORME ISO 45001:2018
    Introduction. Niveau I : manuel de gestion de la sécurité et de la santé au travail (non obligatoire). Niveau II : procédures. Niveau III : instructions. Niveau IV : registres. Contrôle de la documentation.
    AUDIT DE PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS
    Concepts généraux sur les audits de prévention. Principes d’audit. Objectifs des audits de prévention. Types d'audits en prévention des risques professionnels. Le processus d’audit. Évaluation de l'audit de prévention des risques professionnels. Conditions requises pour la réalisation d'un audit de prévention des risques professionnels.
  3. Gestion de L’environnement : ISO 14001 et Audit

    Dans cette matière nous étudieront les bases pour la mise en place d’un système de gestion de l’environnement dans tous les types d’entreprises.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    ENTREPRISE ET ENVIRONNEMENT
    Introduction. Mesures de protection de l’environnement. Normalisation.
    LES SYSTÈMES DE GESTION DE L’ENVIRONNEMENT DANS L’ENTREPRISE
    Introduction. Qu’est-ce qu’un SGE (Système de Gestion Environnemental). À quoi servent les SGE ? Pourquoi implanter un SGE ? Qui peut implanter un SGE ? Acteurs impliqués dans la mise en place d’un SGE. Les différentes phases de la mise en place (1e phase : définition et communication du projet. 2e phase : conception du SGE. 3e phase : installation du SGE. 4e phase : audit, révision et certification). Choix du SGE. Bilan mondial de la mise en place de la norme ISO 14001.
    LA NORME ISO 14000
    La famille de normes ISO 14000. Structure du document ISO 14001. Définitions. Objectifs et domaine de la norme ISO 14001. Principes fondamentaux de la norme ISO 14001. Cycle d’amélioration continue. Mise en place de la norme ISO 14001 (Conditions de la norme ISO 14001. Le choix et l’engagement initial. Révision environnementale initiale (4.1). Politique environnementale (4.2). Planification (4.3). Mise en œuvre et exécution (4.4). Vérification (4.5)). Révision par le directeur (4.6). Certification du SGE selon la norme ISO 14001 (Octroi de la certification. Entretien de la certification. Renouvellement de la certification. Engagements, sanctions, recours et plaintes. Renoncement à la certification et confidentialité). Gestion intégrale de la qualité et environnement. Ressemblances et différences entre ISO 9001 et ISO 14001. Intégration des systèmes de qualité et d’environnement.
    DOCUMENTS DU SGE ISO 14001
    Niveau I : Guide de gestion de l’environnement. Niveau II : Procédés. Niveau III : instructions. Niveau IV : Documents. Contrôle des documents.
    AUDITS ENVIRONNEMENTAUX
    Introduction. Qu’est-ce qu’un audit environnemental ? Pourquoi faire des audits environnementaux ? Objectifs de l’audit environnemental. Domaine de l’audit environnemental. Différents types d’audits environnementaux. Qui réalise l’audit environnemental. Comment se réalise un audit environnemental. Phase de préparation de l’audit. Phase d’exécution. Phase d’information ou de rapport. Liens entre l’audit environnemental et l’étude de l’impact environnemental. L’audit conformément à la norme ISO 14001.
    GUIDE D’AUDIT
    Données générales de l’audit (Entreprise qui réalise l’audit et responsables de l’audit. Responsables de l’entreprise auditée). Données générales de l’entreprise (Données de l’entreprise. Régime de travail. Description des processus. Matières premières. Produits fabriqués. Substances chimiques dangereuses. Plans et cartes). Documents exigés par l’administration (Air. Eau. Déchets). Ressources (Vapeur. Énergie électrique). Consommation et qualité de l’eau (Eau utilisée. Conditionnement de l’eau. Eau de procédé. Inventaire de la qualité des eaux de procédé. Eau de réfrigération). Pollution de l’atmosphère (Données générales. Données de combustibles. Données des équipements de contrôle. Identification de sources d’émission. Concentration et charge polluante émises vers l’atmosphère. Inventaire d’émissions : processus industriels. Stockage d’émissions : processus de combustion). Eaux résiduaires (Eaux résiduaires des processus. Station de traitement des eaux résiduaires. Stockage des flux d’eaux résiduaires. Données générales des récepteurs des eaux résiduaires). Déchets (Déchets des différents processus. Stockage des déchets).

3e PARTIE: Statistiques et Finances (110 heures)

  1. Statistiques de base

    Cette matière fournit à l’apprenant les concepts basiques de la statistique descriptive, de la probabilité et de l’inférence statistique d’un point de vue pratique.

    Voici certains sujets de que l’on traitera dans cette matière:

    STATISTIQUE DESCRIPTIVE
    Paramètres de position. Paramètres de dispersion. Statistique multivariée.
    PROBABILITÉ
    Événements. Probabilité. Analyse combinatoire. Probabilité conditionnelle et indépendance.
    LOIS DE PROBABILITÉ
    Lois de probabilité discrètes. Lois de probabilité continues. La loi de distribution normale et ses lois dérivées.
    ESTIMATION ET INTERVALLES DE CONFIANCE
    Formulaire.
    TESTS D’HYPOTHÈSE
    Erreurs dans les tests d’hypothèse. Tests d’hypothèse simples.
  2. Statistiques et Échantillon

    Cette matière offre à l’élève une connaissance pratique non seulement des différentes méthodes d’échantillonnage utilisées par les auditeurs, mais aussi des procédés pour choisir et déterminer la taille de l’échantillon.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    POPULATION ET ÉCHANTILLON
    Population et étendue. Variables et paramètres. Énumération et échantillonnage. Qualité des conclusions. Hétérogénéité de la population. Propriétés d’un estimateur.
    METHODES D’ÉCHANTILLONNAGE
    Qu’est-ce qu’une méthode d’échantillonnage ? Méthodes d’échantillonnage aléatoire. Autres aspects de l’échantillonnage. La non-réponse.
    COLLECTE DE DONNÉES
    Documentation. Observation. Expérimentation. Enquête. Entretien. Supervision et contrôle de l’étude de terrain.
    QUESTIONNAIRES
    Différents types de questionnaires. Conception d’un questionnaire structuré. Les questions. Poser des questions. L’ordre des questions. La lettre de présentation.
  3. Mathématiques Financières

    Cette matière permet de comprendre les opérations financières les plus habituelles et l’importance de certaines d’entre elles dans la comptabilité et la gestion quotidienne de l’entreprise.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    INTRODUCTION ET LOIS DE FINANCES
    Introduction. Comparaison de capitaux. Lois de finances. Propriétés des lois de finances. Somme financière de capitaux. Grandeurs dérivées. Lois de finances générales.
    LOIS DE FINANCES UTILISÉES DANS LA PRATIQUE
    Introduction. Capitalisation d’un seul flux. Loi de capitalisation d’une séquence de flux. Comparaison entre la capitalisation d’un seul flux et la capitalisation d’une séquence de flux. Remise commerciale. Autres types de remises.
    ÉVALUATION DES REVENUS FINANCIERS
    Introduction. Définition. Classification des revenus. Revenus fixes. Revenus variables en progression arithmétique. Revenus variables en progression géométrique.
    LOGIQUE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES, OPÉRATIONS SIMPLES A COURT TERME
    Introduction. Qu’est-ce que c’est une opération financière ? Classification des opérations financières. Équilibre financier. Crédits et taux effectif. Opérations simples à court terme. Escompte bancaire. Effets impayés. Lettres de renouvellement.
    OPÉRATIONS A MOYEN ET LONG TERME ET AUTRE OPERATIONS
    Introduction. Opérations sur le marché monétaire. Comptes courants. Opérations en Bourse.
    PRÊTS
    Introduction. Annuité, capital amorti, intérêts et capital vivant. Annuité constante. Méthode d’échéance d’amortissement constant. Méthode américaine. Autres opérations.
    RISQUE DANS LES PORTEFEUILLES DE TITRES À REVENU FIXE
    Introduction. Le risque dans les titres à revenu fixe. Structure temporelle des taux d’intérêt. Taux d’intérêt implicite ou taux forward. Taux de Rentabilité Interne (TRI). Prix et rentabilité sur le marché secondaire. Durée et convexité.
  4. Direction Financière

    Cette matière traitera les aspects les plus importants de la direction financière des entreprises.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    ENTREPRISES ET FINANCES DE L’ENTREPRISE
    La fonction financière dans l’entreprise. L’objectif financier de l’entreprise. La structure de la fonction financière. Las finances et la santé économique de l’entreprise. Les finances et la force des finances de l’entreprise. Les trajectoires économico-financières classées. La direction financière et les états financiers. La direction financière et la normalisation comptable et financière.
    LES ÉTATS FINANCIERS EN TANT QUE SUPPORTS D’ANALYSE
    L’importance des états économico-financiers. La formule basique du bilan. Le compte de résultat.
    L’ANALYSE DES RÉSULTATS DE GESTION
    L’analyse du bénéfice avant intérêts et impôts (BAII). L’analyse du bénéfice d'exploitation avant impôts (BAI). Le bénéfice net (BN). L’analyse du compte de résultat. L’analyse analytique du compte de résultat.
    L’ANALYSE DE LA RENTABILITÉ OPÉRATIONNELLE DE L’ENTREPRISE.
    La rentabilité opérationnelle de l’entreprise. La rentabilité économique. Les politiques créatrices de la rentabilité économique. La rentabilité financière. Les politiques créatrices de la rentabilité financière. L’effet de levier.
    L’ANALYSE DE LA GESTION DU CAPITAL CIRCULANT
    Le cycle d’exploitation de l’entreprise. L’analyse du capital circulant. Les inventaires de stocks. L’investissement minimal en capital circulant. Les déséquilibres dans la gestion des stocks. Les systèmes de contrôle des stocks.
    L’ANALYSE DE LA LIQUIDITÉ OPÉRATIONNELLE
    La liquidité et la force financière. L’analyse de la liquidité de l’entreprise. Calcul des besoins opérationnels de fonds. La gestion du crédit commercial client. L’impact du risque commercial. La gestion du crédit fournisseurs. L’évaluation des stocks.
    L’ANALYSE DES COÛTS DE LA STRUCTURE FINANCIÈRE
    Le coût de la structure du capital. Méthodes de calcul du coût des fonds propres. Le Coût Moyen Pondéré du Capital (CMPC). La création de valeur pour l’actionnaire.
    L’ANALYSE DES DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
    La décision d’investir. Le profil d’un projet d’investissement. Le calcul du flux de fonds absorbés. Le calcul du flux de fonds générés. Les caractéristiques économico-financières d’un projet d’investissement. Les méthodes d’évaluation économique d’un projet d’investissement.
    L’ANALYSE DE LA RENTABILITÉ DES PROJETS D’INVESTISSEMENT
    Méthode de la valeur actuelle nette (VAN). Méthode du taux de rentabilité interne (TRI). Analyse comparative entre la VAN et le TRI. Méthode du délai de récupération (pay-back). Le calcul du cash-flow. Le risque économique dans les investissements.

4e PARTIE: Comptabilité, Financement et Fiscalité Internationale (110 heures)

  1. Évaluation financière pour les IAS

    Les normes comptables internationales entraînent l’obligation d’appliquer les différentes normes d’évaluation financière pour une tenue correcte de la comptabilité. Les apprenants apprendront à utiliser Excel conformément à ces normes.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    INTRODUCTION A L´ÉVALUATION FINANCIÈRE
    Évaluation des flux de capitaux. Évaluation de projets d’investissement. Évaluation de prêts.
    L’ÉVALUATION FINANCIÈRE DANS LES IFRS
  2. Normes Internationales de Comptabilité

    Cette matière présente à l’élève les normes internationales d’information financière, leur philosophie et comment les utiliser.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    ORIGINE DES NORMES INTERNATIONALES D’INFORMATION FINANCIÈRE : L’IASB (INTERNATIONAL ACCOUNTING STANDARDS BOARD)
    Le cadre conceptuel de l’IASB. Les états financiers des normes internationales d’information financière (IFRS, International Financial Reporting Standards). Le compte de résultat. État du flux d’effectifs. Variations dans le patrimoine net. Les annexes.
    COMPTABILITÉ SOUS LES IFRS
    Immobilisations corporelles. Immobilisations incorporelles. Immobilisations financières. Stocks. Provisions et risques. Autres comptes.
  3. Financement et Fiscalité Internationale

    Cette matière permettra aux apprenants de déterminer le meilleur outil pour leur besoin de financement, mais aussi d’expliquer les problèmes fiscaux auxquels doivent faire face les multinationales.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    LE SYSTÈME MONÉTAIRE INTERNATIONAL (SMI) ET L’ÉVOLUTION ACTUELLE DE L’ÉCONOMIE INTERNATIONALE
    Le marché de devises. Les marchés de dérivés. Degré d’exposition au risque et techniques de recouvrement.
    MARCHÉS INTERNATIONAUX DE CAPITAUX ET EUROMARCHÉS
    Impôts internationaux. Accords fiscaux.

5e PARTIE: Comptabilité Supérieure (110 HEURES)

  1. Analyse des États financiers

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir les connaissances pour réaliser un diagnostic sur la situation économique et financière de l’entreprise.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    LES ÉTATS FINANCIERS FONDAMENTAUX
    Destinataires et caractéristiques des états financiers. Le bilan. Le compte de résultat.
    LES ÉTATS FINANCIERS ANNEXES
    Le tableau des emplois et des ressources. Situation du cash-flow. Situation de la valeur ajoutée.
    INTRODUCTION À L’ANALYSE DES ÉTATS FINANCIERS
    Objectifs et caractéristiques. Différents types d’analyses.
    ANALYSE ÉCONOMICO-FINANCIÈRE
    Analyse structurelle. Analyse statique. Analyse dynamique. Analyse de la liquidité. Le capital circulant comme mesure pour obtenir de la liquidité. Rotation des différents composants du capital circulant. L’échéance. Analyse de la solvabilité. Analyse de la structure des actifs. Structure du capital. Analyse économique. Analyse des ventes. Analyse des charges d’exploitation. Ratio de productivité. La marge d’exploitation. Analyse des charges de personnel. Analyse de la rentabilité. Rentabilité financière. L’effet levier. Rentabilité économique.
  2. Comptabilité de Gestion

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir les connaissances nécessaires pour comprendre la comptabilité interne de l’entreprise.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    CONCEPTS BASIQUES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
    Délimiter la comptabilité analytique. Concept de coût. Résultat externe, résultat interne.
    LE COÛT DES RESSOURCES
    Coût des matériaux. Coût du personnel. Coûts généraux.
    SYSTÈME DE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
    Système de comptabilité analytique. Classification. Affectation. Localisation. Imputation. Détermination du coût du produit. Détermination des bénéfices et des résultats.
    SYSTÈME DE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE PAR CENTRES D’ANALYSE
    Détermination du coût du produit dans un système de comptabilité analytique par centre d’analyse. La production équivalente.
    SYSTÈME DE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE PAR ORDRE DE FABRICATION
    SYSTÈME DE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE FONDÉ SUR LES ACTIVITES
    Principes de la méthode ABC (Activity Based Costing) ou comptabilité à base d'activités. Les générateurs de coûts. Étapes méthodologiques.
    SYSTÈME DE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DU PRODUIT
    Imputation rationnelle. Direct costing (coûts partiels). Direct costing évolué. Full costing (coûts complets).
  3. Coûts Totaux de la Qualité

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir les connaissances nécessaires pour mesurer le niveau de qualité et de non-qualité en utilisant des systèmes de coûts de qualité qui s’adaptent aux besoins de l’entreprise.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    L’IMPORTANCE DU COÛT DE LA QUALITÉ COMME INSTRUMENT DE GESTION
    Justifier le coût de la qualité. Importance historique du coût de la qualité.
    ANALYSE CONCEPTUELLE DU COÛT DE LA QUALITÉ
    Conflit terminologique. Définition du coût de la qualité. Composition du coût total de la qualité : classifications.
    INTÉGRATION DU COÛT DE LA QUALITÉ À LA COMPTABILITÉ DE GESTION MOYENNANT LES SYSTÈMES DE COÛTS FONDÉS SUR LES ACTIVITÉS
    Introduction aux systèmes de coûts fondés sur les activités. Relation entre activité et valeur ajoutée. La symbiose entre la méthode ABC et le coût total de la qualité.
    MÉTHODE DE LA MESURE DU COÛT TOTAL DE LA QUALITÉ EN UTILISANT LE NOMBRE DE PLAINTES DES CLIENTS
    Introduction à la méthode proposée. L’évaluation de plaintes pour obtenir le coût total de la qualité.
    ANALYSE ET INFORMATION DU COÛT TOTAL DE LA QUALITÉ
    L’importance d’analyser correctement les données. Bases de comparaison conseillées. Analyse du coût total de la qualité.
  4. Comptabilité Publique et Budgétaire

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir des connaissances actualisées et des outils économiques de base de l’économie publique pour reconnaître et décrire les mécanismes économiques fondamentaux du fonctionnement du marché et comment à travers ce marché se coordonnent les décisions des agents économiques.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    ÉCONOMIE PUBLIQUE ET FAILLES DU MARCHÉ
    Économie publique. Le secteur public. L’intervention publique pour obtenir l’efficience. Les failles du marché : justification de l’intervention du secteur public. L’intervention publique pour obtenir l’équité.
    LES FACTEURS QUI DÉTERMINENT LE SECTEUR PUBLIC. CHOIX SOCIAL ET CHOIX PUBLIC
    Analyse économique du système politique. Les différents modèles de la conduite des agents au sein de finances démocratiques. Les failles du secteur public : résumé.
    LA BUDGÉTISATION
    Évolution historique. Concept de budget. Les principes budgétaires. Éléments principaux du budget. Objectifs du budget. Les fonctions du budget. Classification des budgets. Avantages du budget. Limites des budgets.
    LE CYCLE BUDGÉTAIRE
    Le processus budgétaire dans les organisations. Préparation et élaboration. Approbation. Exécution. Contrôle budgétaire.
    LA DÉPENSE SOCIALE
    Histoire. Relation : politique sociale et dépense sociale. L’impact de la gestion sociale. Le concept de dépense sociale. La classification de la dépense sociale. Analyse. Modèle d’analyse de données internationales de gestion sociale.
    ANALYSE DE L’ÉVOLUTION DE LA DÉFENSE SOCIALE DANS LES PAYS DE L’OCDE MOYENNANT DES INDICATEURS DE DEPENSES
    Exposé de l’analyse. La structure de la dépense sociale. L’évolution de l’indicateur d’effort. Le poids de la dépense publique dans l’économie. L’intensité de la dépense sociale publique. Tenir en compte la population dépendante dans l’indicateur d’intensité. Réfléchir sur l’indicateur d’effort.
    ANALYSE DE LA TENDANCE DE LA DÉPENSE SOCIALE EN AMERIQUE LATINE
    Exposé de l’analyse. Tendances actuelles de la dépense sociale en Amérique Latine. Difficultés pour interpréter les données. Comparaison entre les pays d’Amérique Latine et les Caraïbes.
    LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE
    Histoire de la comptabilité. Concept de comptabilité. Système d’information comptable. Les sous-systèmes d’information. Agents de la comptabilité. Destinataires de l’information. Destinataires du processus comptable. Domaine d’action de la comptabilité : comptabilité privée et comptabilité publique.
    IMPLICATIONS DES NORMES INTERNATIONALES SUR LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE ET BUDGETAIRE
    Définition des IAS/IFRS. Histoire. L’IASB. Utilisation des IFRS dans le monde. Normes internationales de comptabilité en vigueur. Les normes comptables internationales pour le secteur public (IPSAS, International Public Sector Accounting Standards)

6e PARTIE: Audit (200 heures)

  1. Planification et Administration de l’Audit

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir des connaissances sur les concepts habituels de l’audit en présentant les normes de cette procédure et un schéma basique des phases qui la composent. Nous exposerons les méthodologies habituelles de la planification et de l’administration de l’audit, en partant de l’hypothèse que c’est le client qui demande l’audit, et nous étudierons les étapes menant jusqu’à la réalisation de l’audit. Finalement, nous présenterons le concept de contrôle interne, l’évaluation de ce contrôle et la réalisation du mémorandum de contrôle interne.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    INTRODUCTION À L’AUDIT
    Concept d’audit. Les différents types d’audit. Portée de l’audit. Conditions pour devenir auditeur. Responsabilités de l’auditeur. Audit de comptes annuels. Caractère obligatoire de l’audit. Organismes émetteurs de normes. Normes de l’audit. Les concepts et les différents types d’audit. Phases de l’audit. Concepts fondamentaux et pratiques.
    PLANIFICATION ET ADMINISTRATION DE L’AUDIT
    Phases de l’audit. La planification de l’audit. Le programme d’audit.
    CONTRÔLE INTERNE
    Introduction. Concept et objectifs du contrôle interne. Éléments fondamentaux du contrôle interne. Phases de l’étude du contrôle interne.
    Évaluation du système de contrôle interne. Méthodes de l’analyse du contrôle interne. Réalisation du mémorandum de conclusions du contrôle interne. Points faibles du contrôle interne. Limitations des analyses du contrôle interne.
  2. Contrôle Interne

    Cette matière permettra aux élèves de réaliser un plan général d’audit, afin qu’ils comprennent et rédigent des documents de travail, et qu’ils déterminent quelles sont les tâches à réaliser en fonction du moment où intervient l’audit.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    DÉFINITION ET FINALITÉ DES DOCUMENTS DE TRAVAIL
    Les différents types de documents de travail. Fichier permanent. Fichier temporaire
    LE PLAN GLOBAL D’AUDIT
    Organisation et documentation des programmes et des documents de travail. Contenu des documents de travail. Techniques d’utilisation des documents de travail
    MOMENT DE RÉALISATION DU TRAVAIL
    Étude préalable, analyse du client. Phase préliminaire. Phase de clôture. Faits à posteriori
    RÉVISION DU TRAVAIL D’AUDIT
  3. Documentation, Tests et Risques d’Audit

    Dans cette matière, l’élève apprendra à déterminer quelles sont les preuves qui doivent être utilisées dans chaque cas.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    LES DIFFÉRENTS TYPES DE PREUVES D’AUDIT
    Documents consultés. Entretiens. Observations.
    LES PREUVES DANS LE DOMAINE DE L’AUDIT
    Preuves suffisantes ou importance relative. Preuves adéquates ou risque probable.
  4. Procédés d’Audits par Domaine I

    Cette matière donnera aux apprenants les moyens de comprendre comment se réalise un audit dans différents domaines après avoir fait le plan de la procédure de l’audit.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    AUDIT DE L’ACTIF NON-COURANT
    Immobilisation corporelle. Évaluation, tenue comptable et information comptable. Objectifs de l’audit. Contrôle interne. Procédures de l’audit. Immobilisation incorporelle.
    AUDIT DES STOCKS
    Évaluation, tenue comptable et information comptable. Évaluation initiale. Méthodes d’évaluation des stocks. Évaluation à posteriori. Éléments relatifs aux informations financières à prendre en considération. Objectifs de l’audit. Contrôle interne. Procédures de l’audit.
    INSTRUMENTS FINANCIERS DES ACTIFS
    Reconnaissance, registre et évaluation de l’investissement financier. Prêts et comptes à encaisser. Investissements maintenus jusqu'à l'échéance. Actifs financiers à leur juste valeur. Actifs financiers disponibles à la vente. Nouvelle classification des actifs financiers. Diminution des actifs financiers. Cas particuliers d’actifs financiers. Audit des investissements financiers à court et à long terme. Audit sur la liquidité et d’autres actifs liquides équivalents.
    INSTRUMENTS FINANCIERS DU PASSIF
    Classification de la dette. Dettes et comptes à payer. Portefeuille de négociations. Autres passifs à leur juste valeur. Évaluation, tenue comptable et information comptable.
  5. Procédés d’Audits par Domaine II

    Cette matière permettra aux apprenants d’acquérir les bases pour réaliser un audit par domaine, car l’auditeur, après avoir planifié la procédure de l’audit, divise son travail de révision des comptes annuels par domaine pour faciliter la compréhension et l’enregistrement de ses tâches.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    LES DÉBITEURS COMMERCIAUX ET AUTRES COMPTES À ENCAISSER
    Objectifs de l’audit. Contrôle interne.
    AUDIT DU PATRIMOINE NET
    Fonds propres. Subventions, dons et legs.
    AUDIT DES COMPTES DE PERTES ET DE GAINS
    Introduction. Évaluation, registre et informations comptables.
    AUTRES DOMAINES DE L’AUDIT
    Provisions pour imprévus. Faits à posteriori et gestion continue.
  6. Rapport d’Audit

    L’objectif de cette matière est de réaliser de façon adéquate un rapport qui détermine si les données des comptes sont exactes ou non. Avant de rédiger ce rapport, il est important d’avoir un bon système de contrôle de la qualité.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière:

    LE CONTRÔLE DE QUALITÉ ET LA SUPERVISION DE L’AUDIT
    Concept et définitions. Objectifs du contrôle de qualité. Indépendance, intégrité et objectivité. Supervision et contrôle des travaux. Autres objectifs du contrôle de qualité. Audit des débiteurs et des créanciers commerciaux.
    LE RAPPORT D’AUDIT
    Éléments du rapport d’audit. Différents types d’opinions. Modèles de rapport d’audit.

7e PARTIE: Méthodologie de la recherche scientifique et Projet Final (150 heures)

  1. Méthodologie de la recherche scientifique

    Cette matière permettra à l’élève d’appréhender le contexte scientifique de recherche et ses exigences conceptuelles et méthodologiques. Cette matière présente les différentes étapes d’un processus de recherche, ce qui favorisera le développement d’une habileté et d’une aisance utiles à la conception méthodologique du projet de fin d’études, du rapport ou du mémoire de recherche.

    Voici certains des sujets que l’on traitera dans cette matière :

    ASPECTS ÉPISTÉMOLOGIQUES DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE.
    Qu’est-ce que l’épistémologie ? Qu’est-ce qu’un paradigme ? Connaissance et science. Idée empirique positive. Idée herméneutique ou interprétative. Poïésis et praxis, clés de la compréhension des paradigmes.
    LE PROCESSUS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LES ÉTAPES.
    Comment commencer une recherche ? Le projet : point de départ. Le choix du sujet. Formulation du problème. Formulation des questions de recherche. Définition des objectifs. Élaboration des hypothèses. Justification de la recherche. Définition du titre.
    CONSTRUCTION DU CADRE THÉORIQUE.
    Qu’est-ce qu’un cadre théorique ? Révision de la littérature : documentation et recherche d’informations. Que doit-on chercher ? Sources primaires, secondaires et tertiaires. Où doit-on chercher ? Localisation physique ou virtuelle. Quels documents doit-on consulter de façon plus approfondie ? Critères pour le choix. Comment lire les textes académiques ? Stratégies pour la lecture et la compréhension des textes écrits. Reproduire/comprendre un texte : au-delà du tout ou du rien. Conseils utiles pour la lecture des textes académiques. Comment enregistrer l’information ? Élaboration d’un cadre théorique : règles qui peuvent être utiles.
    CONCEPTION DE LA STRATÉGIE MÉTHODOLOGIQUE.
    Définition du type de création de la recherche. Classification des variables. Définition opérationnelle de la variable. L’échantillonnage. Techniques et instruments de collecte de données. L’observation. Groupe nominal. Méthode DELPHI. Entretien en profondeur. Groupes de débat. Les procédés d’analyse des données. Analyse quantitative des données. Analyse du contenu. Analyse du discours.
    LE RAPPORT DE RECHERCHE
    Les différentes parties d’un rapport de recherche écrit. Aspects formels de la rédaction des travaux scientifiques. La composition des textes écrits : le processus d’écriture. Aspects textuels. Propriétés textuelles fondamentales. Normes internationales de citations bibliographiques. Normes générales de citations dans le texte. Références bibliographiques en fin de texte. Quelques critères pour l’autoévaluation d’un rapport de recherche.
  2. Projet final
    Nous avons décidé d’évoquer le projet final à la fin de cette présentation du programme, une fois que toutes les matières apparaissant dans le campus virtuel (soit environ les deux tiers), ont fait l’objet d’un examen et d’une évaluation. Ces matières comprennent notamment la méthodologie de la recherche, qui est fondamentale pour le développement du projet de fin d’études.Le processus à suivre pour réaliser le projet de fin d’études de A à Z est décrit dans la réglementation de ce dernier, que l’on peut trouver dans le campus virtuel. Cette réglementation, qui est structurée en trois phases, doit être suivie par l’élève pour réussir son projet de fin d’études.

    Pendant tout le processus, l’élève bénéficiera d’un conseiller académique et d’un directeur de projet de fin d’études, spécialisé sur le sujet.


1L’équivalence en crédits peut varier selon l’Université qui délivre le diplôme.

Direction

Universidad Europea del Atlántico (UNEATLANTICO)

  • Dr. Rubén Calderón Iglesias. Docteur en Economie par l’Université Antonio de Nebrija, Espagne. Recteur de l’UNEATLÁNTICO

Fondation Universitaire Ibéro-américaine (FUNIBER)

  • Dre. Silvia Aparicio. Doctora en Ciencias Económicas por la Universidad Autónoma de Madrid y Licenciada en Administración y Dirección de Empresas por la Universidad de Cantabria. Directora Académica Internacional del Área de Desarrollo Directivo, Organización Empresarial y Recursos Humanos de la Fundación Universitaria Iberoamericana, FUNIBER.
  • Dr. José Antonio Trigueros Pina Docteur en Sciences Économiques et de l’Entreprise par l’Université Complutense de Madrid. Professeur Titulaire de l’Université Miguel Hernández d’Elche.
  • Dre. Cristina Hidalgo González Docteure en Sciences de l’entreprise par l’Université de León. Professeure Titulaire du Département d’Economie Appliquée de l’Université de León.
  • Dre. (c) Carmen Lilí Rodríguez Velasco. Doctorat en Education, Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Psychologie du travail et organisationnelle par l’Université de La Havane, Cuba. Coordinatrice Académique Internationale du Département Développement du Management Directif, Organisation d’Entreprises et Ressources Humaines, FUNIBER.
  • M. Mauricio Pulgarín Osorio Master en Administration Économique et Financière par l’Université Technologique de Pereira. Coordinateur Académique du Programme Master en Audit et Gestion d’Entreprise et les Spécialités correspondantes.

Professeurs et auteurs

  • Dr. Manuel Enrique Sansalvador Sellés. Docteur en Économie de l’Université Miguel Hernández d’Elche. Vice-doyen de la Faculté des Sciences Sociales et juridiques de l’Université Miguel Hernández de Elche.
  • Dr. José Antonio Cavero Rubio. Docteur en Economie. Professeur Titulaire de l’Université Miguel Hernández d’Elche.
  • Dre. Ma. Margarita González Benítez. Professeure du Département de Projets d’Ingénierie de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC).
  • Dr. Santos Gracia Villar. Docteur en Ingénierie industrielle. Professeur de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC)
  • Dr. Javier Reig Mullor. Docteur en Sciences Economiques et de l’Entreprise de l’Université de Murcia, Espagne. Doyen de la Faculté des Sciences Sociales et Juridiques de l’Université Miguel Hernández d’Elche.
  • Dr. José Francisco González Carbonell. Docteur en Economie. Vice- recteur du Personnel de la Université Miguel Hernández de Orihuela.
  • Dr. David Barrera Gómez. Docteur Ingénieur de l’Université Polytechnique de Catalogne et MBA par l’École Technique Supérieure des Ingénieurs Industriels de Barcelone, UPC. Consultant en affaires, technologie et solutions d’entreprises. Professeur de l’Université Internationale Ibéro-américaine.
  • Dr. Eduardo García Villena. Docteur en Ingénierie de Projets : Environnement, Sécurité, Qualité et Communication de l’Université Polytechnique de Catalogne. Directeur Académique du Département Environnement de la Fondation Universitaire Ibéro-américaine.
  • Dre (en cours). Diana Patricia Cortés Díaz. Doctorat en Projets de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Ressources Humaines et Gestion de la Connaissance de l’Université de León, Espagne. Consultante spécialisée en Droit du travail et Sécurité sociale. Coordinatrice de Programmes et Professeure de FUNIBER.
  • Dre (en cours). Andrea Gutiérrez Jiménez. Doctorat en Projets de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Ressources Humaines et Gestion de la Connaissance de l’Université de León, Espagne. Coordinatrice de Programmes et Professeure de FUNIBER.
  • Dre (en cours). Carmen Lilí Rodríguez Velasco. Docteure en Education de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Psychologie du Travail et Organisationnelle de l’Université de La Havane, Cuba. Coordinatrice Académique Internationale du Département du Développement directif, Organisation des Entreprises et Ressources Humaines, FUNIBER.
  • Dre (en cours). Daniela Torrico Villarroel. Doctorat en Projets, recherche Marketing, de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Business Administration (La Salle Business Administration). Master en Marketing et Distribution Commerciale (Université Polytechnique de Catalogne). Coordinatrice de Programme et Professeure de FUNIBER.
  • Dre (en cours). Lina Pulgarín Osorio. Doctorat en Projets de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Gestion Intégrée : Prévention, Environnement et Qualité de l’Université Polytechnique de Catalogne. Coordinatrice des Programmes et Professeure de FUNIBER.
  • Dre (en cours). María Eugenia Luna Borgaro. Master en Ressources Humaines et Gestion de la Connaissance de l’Université de León, Espagne. Experte en Gestion des Ressources Humaines et habiletés directives. Professeure de FUNIBER.
  • Dre. (en cours) María Fernanda Figueroa. Doctorat en Projets de l’Université Internationale Ibéro-américaine (en cours). Master en Direction Stratégique Sportive (Direction de Marketing, Finances et Fiscalité dans les entités sportives) de l’Université de Barcelone. Coordinatrice et Professeure, FUNIBER.
  • M. Francisco Menargues García. Doyen-Président de l’Ilustre Colegio Oficial des Economistes d’Alicante. Économiste - Auditeur de comptes, Membre du ROAC, Conseiller et Consultant en Entreprises.
  • Mme. Bienvenida Beneyto Gonzálvez. Titulaire d’une Maîtrise en Droit. Conseillère et Consultante en Entreprises.
  • M. Juan Reche Segovia. Titulaire d’une Maîtrise en Sciences Économiques. Master en Audit et Gestion d’Entreprise. D.E.A. en Management d’Entreprises. Technicien Intermédiaire Gestion Budgétaire.
  • Mme. Antonia Isabel Durá Maciá. Auditrice des Comptes du ROAC. Master en Audit et Gestion d’Entreprise par l’Université Miguel Hernández d’Elche. en Titulaire d’une Maîtrise en Sciences des Entreprises de l’Université d’Alicante.
  • M. Antonio Ortiz Aragó. Actuaire-conseil et Statistique.
  • Mme. Silvia María Fajardo Sebastián. Actuaire-conseil et Statistique.

Bourses

La Fondation Universitaire Ibéro américaine (FUNIBER) consacre périodiquement une enveloppe financière à des Bourses de Formation FUNIBER.

Pour demander la bourse, il suffit que l´intéressé remplisse le formulaire de demande de bourse de la page principale du partail avec les données requises, et le Comité d´Evaluation étudiera la pertinence de la candidature pour l´octroi d´une aide financière, sous forme de Bourse de Formation FUNIBER.