Master en Ingénierie et Technologie Environnementale

Présentation du Programme

L´ingénierie environnementale se réfère à une science relativement novatrice, qui fait partie de l´ingénierie, et qui intègre des questions écologiques, sociales, économiques et technologiques: par conséquent, elle est en rapport direct avec le concept de développement durable.

L’objectif de l´ingénierie environnementale  consiste précisément à proposer des solutions qui contribueront à  l’accomplissement du développement durable et à la préservation des ressources naturelles en vue d’améliorer la qualité de vie. Cependant, concilier croissance économique et développement durable est souvent complexe, et peut  même sembler contradictoire,  c´est  donc  à l´ingénieur en environnement  de développer des solutions qui contribueront à la croissance du pays dans le cadre du développement durable. Son activité professionnelle  consistera à diagnostiquer, concevoir, mettre au point, rechercher, administrer et entreprendre les solutions possibles  afin de répondre aux besoins qui se présentent dans la société, dans  son domaine de travail  ou sphère d´activité.

Dans ce contexte, le Master en ingénierie et Technologie Environnementale examinera du point de vue technique les différents problèmes environnementaux découlant des activités industrielles, et proposera l´adoption de solutions et  des bonnes pratiques en tenant toujours compte  des facteurs économiques et sociaux.

A qui le Master s'adresse-t-il?

La méthodologie de formation proposée, ainsi que la clarté, l´étendue et la didactique de l´élaboration des contenus, permet d´offrir le Master en ingénierie et Technologie Environnementale à des diplômés universitaires de niveau moyen ou supérieur qui désireront recevoir une formation environnementale en gestion et audit environnemental en vue d’améliorer leurs attentes professionnelles.

Diplôme

La réussite au Programme permettra d´obtenir le Diplôme de Master en ingénierie et Technologie Environnementale. 

Les Diplômes seront délivrés par l´Université où l’étudiant se sera inscrit, avec le parrainage de la Fondation Universitaire Ibéro américaine (FUNIBER).

Structure du Programme

La distribution du temps est établie de la façon suivante:

  • S’agissant d’un programme à distance et n´étant pas sujet à des cours présentiels, il n´est pas prévu de date fixe de début des cours, de sorte que l´étudiant peut formaliser son inscription à n´importe quel moment, dans la limite des places disponibles. 
  • Pour des raisons académiques et didactiques, la durée minimale du Programme est de six mois. 
  • Le temps maximal prévu pour la réalisation du Master est de deux ans. Durant cette période, l´étudiant doit avoir rendu toutes les évaluations correspondant tau Master, ainsi que le Projet de recherche.

La structure des crédits et les heures du programme de Master en ingénierie et Technologie Environnementale  sont indiquées dans sur le tableau suivant: 

MODULES (CARACTÈRE) CRÉDITSa DURÉE b HEURES
TOTAL 90 24 900c
1e partie: Ingénierie et Technologie Environnementale 75 18 750
2e partie: Méthodologie de Recherche Scientifique et Projet Final ou Mémoire (Obligatoires) 15 6 150

a. L´équivalence en crédits peut varier selon l´Université qui délivrera le diplôme
b. Durée en mois
c. Dans des versions antérieures du Programme, le calcul total peut être réduit á 800 heures.

Objectifs

Objectif général:

La finalité du programme est l´acquisition, de la part de l´étudiant, d´une formation avancée à caractère spécialisé et multidisciplinaire, orientée à la spécialisation professionnelle. Dans cette perspective, l´objectif général est de former des professionnels dans le domaine environnemental qui pourront travailler en équipes multidisciplinaires dans le domaine de l´ingénierie et de la recherche.

Objectifs spécifiques:

  • Connaître les technologies disponibles sur les marchés capables d´affronter et  de corriger les impacts environnementaux provenant de la production de déchets ou du déversement d´effluents liquides et gazeux.
  • Analyser des solutions alternatives pour une gestion environnementale correcte des principaux vecteurs de pollution.
  • Expliquer, d´un point de vue intégral, la gestion des effluents résiduels produits par différentes activités industrielles (textile, alimentaire, papetière, etc.)
  • Comprendre l´importance de la hiérarchie établie dans la gestion de déchets solides: prévention, réutilisation, valorisation matérielle, valorisation énergétique et élimination ou déversement dans des décharges contrôlées.
  • Décrire les techniques de valorisation matérielle et énergétique des déchets solides urbains et industriels.
  • Mettre en œuvre de techniques de remise en état des sols dégradés dans des emplacements potentiellement pollués.
  • Organiser les bases pour l´implantation d´un SGMA dans n´importe quel type d´entreprise. 

Opportunités de carrière

Parmi les débouchés professionnels du Programme, nous pouvons citer :

  • Consultant indépendant.
  • Conseiller en environnement.
  • Technicien en environnement dans les mairies. Conseiller pour l´implantation de Systèmes de Gestion Environnementale en entreprise. 
  • Enseignement.

Programme d'études

Le programme de Master en Ingénierie et technologie environnementale possède une structure de programmes fondée sur 2 parties de formation séquentielle :

  • 1e PARTIE : INGÉNIERIE ET TECHNOLOGIE ENVIRONNEMENTALE (750 HEURES)

Les matières permettent de connaître et de comprendre, en premier lieu, les fondements théoriques, conceptuels et historiques impliqués dans l'ingénierie environnementale et, en second lieu, leur mise en œuvre organisationnelle, sociale et technologique.

L'objectif est de permettre aux étudiants d'acquérir une vision globale de l’ingénierie environnementale, à travers différentes thématiques pluridisciplinaires en lien.

Les matières et les heures correspondantes sont présentées dans le tableau suivant:

Ces matières, bien qu’indépendantes, sont structurées selon un ordre pédagogique cohérent qui facilite leur compréhension.

  • 2e PARTIE : MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET PROJET FINAL DE MASTER - MÉMOIRE (150 HEURES)

La dernière phase du programme est destinée à l’étude de la méthodologie de la recherche scientifique et à l’élaboration du projet final de Master.

2e PARTIE : MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET PROJET FINAL DE MASTER - MÉMOIRE
# MATIÈRES HEURES
1 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET PROJET FINAL DE MASTER 150

Description des sujets

1e PARTIE : MATIÈRES

  1. FONDEMENTS DE L’INGÉNIERIE ENVIRONNEMENTALE

    Cette matière passe en revue les problèmes environnementaux caractérisant la société actuelle et le rôle de l’ingénierie environnementale, qui doit s’appuyer sur des aspects normatifs, sociologiques et économiques pour réaliser sa tâche de défenseur de l’environnement. Par ailleurs, il est fait une introduction à la pollution du point de vue chimique et une étude des outils de gestion environnementale comme étape préalable pour assurer la durabilité des processus.

    CONCEPTS DE BASE DE L’INGÉNIERIE ENVIRONNEMENTALE
    Définition de l’ingénierie environnementale. Le développement durable. Facteurs et processus liés à l’ingénierie environnementale. La chimie des polluants.
    LA RÉGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE COMME MOTEUR DE LA TECHNOLOGIE
    Introduction. L’ordre international. La protection de l’environnement dans l’Union Européenne. La protection de l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes. La protection de l’environnement aux États- Unis.
    IMPACT ENVIRONNEMENTAL ASSOCIÉ À L’UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE
    Introduction. Le changement climatique et l’effet de serre. La pluie acide. La destruction de la couche d’ozone. La marée noire. Effets sur l’environnement associés à l’exploitation de l’énergie nucléaire. Le smog photochimique. La dégradation du sol.
    OUTILS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE
    Évaluation de l'impact environnemental. Analyse du cycle de vie (ACV). Le label écologique européen.
  2. INGÉNIERIE DE VALORISATION ET TRAITEMENT DES DÉCHETS SOLIDES

    Après avoir étudié, dans une première matière, la collecte sélective comme une méthode d’homogénéisation de déchets et diverses procédures de valorisation (compostage, méthanisation, pyrolyse, entre autres), on examine la gestion des déchets chimiques et industriels dans une perspective non exclusive, c’est-à-dire en impliquant la majorité des départements et de la politique générale de l'entreprise. Ensuite, on procèdera à une exposition des concepts théoriques de base qui permettront de comprendre facilement la série d'exemples de recyclage des déchets légers, la plupart sont destinés à des matériaux de construction. Enfin, d’un point de vue technique, on décrira la technologie de vitrification générant des produits plus stables et moins lixiviables.

    LA GESTION INTÉGRALE DES RÉSIDUS SOLIDES
    Introduction. Concept de déchet et de sous-produit. Types de déchets solides. Gestion des déchets. Le recyclage des déchets. Stratégies de l’Union Européenne sur la gestion des déchets. Politique d’avenir dans la gestion des déchets.
    LES DÉCHETS SOLIDES URBAINS
    Introduction. Production de déchets solides urbains. Composition des déchets solides urbains. Système de gestion intégrale des résidus solides. La collecte sélective. Le compostage. Traitement thermique des déchets solides urbains. Le rejet dans une décharge contrôlée.
    ANNEXE I : GESTION DES LIXIVIATS DE DÉCHARGE
    Introduction. Composition du lixiviat. Facteurs ayant un impact sur la génération du lixiviat. Conditions prises en compte dans le traitement des lixiviats. Fonctionnement des méthodes.
    ANNEXE II : DÉGAZAGE DE DÉCHARGES
    Phases de production de biogaz. Composition du biogaz. Conception de base des systèmes d’extraction de gaz. Applications du gaz extrait.
    ANNEXE III : EXPLOITATION D'UNE DÉCHARGE
    Généralités. Préparation de la zone de rejet. Systèmes d’exploitation de décharges contrôlées. Disposition du déchet. Contrôles à réaliser lors de l’exploitation. Programme de sécurité et d’hygiène. Orientations économiques.
    LES DÉCHETS INDUSTRIELS
    Introduction. Gestion des déchets industriels. Caractérisation des déchets industriels. Classification des déchets industriels. Recyclage des déchets industriels. Les emballages et les déchets d’emballages. Tendances dans la gestion des déchets industriels
    ANNEXE IV : DISPOSITION DU REJET DES DÉCHETS INDUSTRIELS
    Introduction. Alternatives pour la gestion des déchets industriels. L’incinération des déchets liquides et pâteux. Traitements physicochimiques. Processus biologiques. Le dépôt des déchets industriels.
    FABRICATION DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION À PARTIR DE DÉCHETS
    Introduction. Techniques de solidification de déchets. Le traitement céramique. Contenu énergétique des matériaux de construction. Déchets destinés à la fabrication de matériaux légers. Déchets destinés à la fabrication de matériaux denses. Considérations environnementales des matériaux de construction.
    VITRIFICATION : UNE TECHNOLOGIE POUR LA VALORISATION DES DÉCHETS
    Introduction. La nature vitreuse. La vitrification comme technologie industrielle. Aspects énergétiques de la vitrification. Limitations de la vitrification. Exemples de déchets utilisés dans les processus de vitrification. Autres techniques de vitrification.
    VALORISATION DES DÉCHETS CHIMIQUES
    Introduction. Cadre historique. L’écologie industrielle. Origine des déchets chimiques. Méthodes de valorisation. Étude de faisabilité de la valorisation. Conclusions.
    CAS PRATIQUES
  3. TRAITEMENT DES EAUX USÉES INDUSTRIELLES

    À partir d’une approche essentiellement technique, on décrit la nécessité d'intégrer la dimension environnementale de la ressource hydrique pour assurer la conservation, la qualité et l'utilisation rationnelle de l'eau. Une fois les caractéristiques des eaux usées connues, on examine certains des traitements auxquels sont soumises les eaux dans les stations d'épuration.

    Par la suite, on expose certains des traitements auxquels l'eau destinée à la consommation humaine est soumise et on montre en détail les caractéristiques des eaux usées, en fonction des activités industrielles qui les engendrent (textile, papier, alimentation, revêtement de surface, entre autres) et les traitements les plus appropriés pour chaque cas.

    ÉPURATION DES EAUX USÉES INDUSTRIELLES
    Introduction. Accords de réduction de la pollution. Rejet des eaux usées. Secteurs industriels. Opérations unitaires initiales. Processus d’épuration appliqués aux industries. Schémas type d’épuration. Technologies propres. Les meilleures techniques disponibles. Coûts d’investissement dans les EDAR.
    PROCESSUS PHYSIQUES D’ÉPURATION : LA FILTRATION
    Paramètres de caractérisation des eaux usées. Généralités sur la filtration. Milieu filtrant. Mécanisme de filtration. Modèles mathématiques. Conditions d’utilisation et point optimal de fonctionnement. Filtration par le fond. Filtration par le support. Filtration par les membranes. Autres types de filtres.
    PROCESSUS CHIMIQUES D’ÉPURATION : COAGULATION ET FLOCULATION
    Introduction. Fondements techniques du processus de coagulation et de floculation. Réactifs chimiques utilisés dans les processus de coagulation. Réactifs chimiques utilisés dans les processus de floculation. Choix du coagulant-floculant dans le laboratoire. Préparation et dosage de réactifs. Optimisation dans le dosage de réactifs. Applications des coagulants et floculants.
    PROCESSUS BIOLOGIQUES D'ÉPURATION DES EAUX USÉES
    Traitements aérobies et anaérobies. Principes de l’épuration biologique. Traitements biologiques de type naturel. Traitement d’installation. Autres systèmes de traitement biologique. Élimination de nutriments. Traitement de boues.
    TRAITEMENT PAR OSMOSE INVERSE
    Introduction. Définitions. Le mécanisme de rejet. Équations fondamentales. Facteurs qui influent sur l’efficacité des membranes. Types de modules d’osmose inverse. Encrassement des membranes. Entretien, lavage et conservation des modules. Installations d’osmose inverse. Considérations économiques. Considérations énergétiques. Considérations environnementales. Exemples d’application.
    PROCESSUS D'ÉCHANGE D'IONS
    L’échange ionique. Structure et types de résines. Résistance de la résine aux agents externes. Morphologie du dispositif. Applications des résines dans le traitement d’effluents. Le secteur de traitement de surfaces. Épuisement et régénération de la résine. Aspects environnementaux.
    RÉUTILISATION DES EAUX USÉES INDUSTRIELLES
    Introduction. Réglementation applicable au sujet de la réutilisation des eaux usées. Agents pathogènes et des indicateurs biologiques de la qualité des eaux. Traitements avancés pour la régénération et la désinfection des eaux usées. Utilisations industrielles de l’eau réutilisée. Modèles de réutilisation - régénération d’eau dans le secteur industriel. Autres utilisations de l’eau réutilisée.
    POTABILISATION DE L’EAU
    Introduction. Réglementation. Potabilisation de l’eau de surface. Désinfection de l’eau. Potabilisation des eaux saumâtres et souterraines.
    BONNES PRATIQUES DANS L'INDUSTRIE
    L’industrie agroalimentaire. L’industrie de la fourrure et de la tannerie. L’industrie textile. L’industrie du papier. L’industrie de traitement de surfaces. L’industrie chimique.
    CAS PRATIQUES
    Industrie agroalimentaire. Industrie de la tannerie. Industrie textile. Industrie du papier. Industrie de traitement de surfaces. Industrie chimique
    ANNEXE I : DIMENSIONNEMENT D’UNE INSTALLATION DE TRAITEMENT DES BOUES ACTIVÉES
    Introduction. Éléments impliqués. Fondements du dimensionnement. Calcul des bases de dimensionnement à partir des valeurs caractéristiques existantes. Pollution des eaux usées. Dimensionnement du bassin d’activation. Dimensionnement du décanteur secondaire.
    ANNEXE II : MODÉLISATION DES PROCESSUS BIOLOGIQUES DANS L’ÉPURATION DES EAUX USÉES
    Introduction. Définitions. Types de modèles et critères de sélection. Étapes à suivre pour la bonne élaboration d’un modèle. Modèles du processus d’épuration biologique. Modèle de décantation ou de sédimentation. Considérations finales. Exemple de simulation.
  4. TRAITEMENT DES EFFLUENTS GAZEUX

    On décrit les polluants qui peuvent entraîner des effets néfastes sur l'homme et son environnement, produit principalement par l'emploi de combustibles fossiles dans la production d'énergie, de systèmes de chauffage et de véhicules à moteur. En outre, elle énonce les concepts d'émission et immission des polluants et des mesures correctives imposées dans toutes les industries, afin de ne pas dépasser les niveaux de qualité admissibles pendant la durée de fonctionnement de l'installation dans des conditions normales.

    NATURE DES POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES
    Introduction. Émissions atmosphériques. Immission de polluants atmosphériques. Combustion, combustibles fossiles et pollution atmosphérique. Formes d’évaluation des concentrations d’émission et immission. Émission et législation.
    DISPERSION DES POLLUANTS DANS L'ATMOSPHÈRE
    Introduction. Caractéristiques principales des cheminées. Influence des émissions sur la dispersion des polluants dans l'atmosphère. Influence des conditions météorologiques sur la dispersion de polluants dans l'atmosphère. Mécanismes de dispersion de polluants atmosphériques. Modèles de dispersion de polluants atmosphériques. Fondements physiques de la dispersion de polluants dans l’atmosphère.
    CONTRÔLE DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE
    Introduction. Systèmes d’épuration d’effluents atmosphériques pollués. Un cas particulier : les usines d’incinération de déchets. Centrales thermiques à charbon. Autres cas pratiques de correction d’émissions gazeuses dans les activités industrielles.
    ÉCHANTILLONNAGE DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES
    Introduction. Prélèvement de particules. Échantillonnage des gaz. Méthodes d’échantillonnage. Jauges de débit d’air.
    ANALYSE DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES
    Introduction. Analyse de particules. Analyse du dioxyde de soufre (SO2). Analyse du monoxyde de carbone (CO). Analyse d’oxydes d’azote (NO et NO2). Analyse de l’ozone (O3). Analyse des composés organiques volatils (COV)
    CAS PRATIQUES
  5. VALORISATION ÉNERGÉTIQUE DES DÉCHETS

    Dans le contexte d'une solution globale de valorisation des déchets, la récupération d’énergie joue un rôle très important. Cette matière expose en détail les principaux processus de valorisation énergétique pour obtenir de l'énergie électrique à partir des déchets qui, dans d'autres conditions, seraient amenés à la déchetterie. On fait également un bilan complet et facilement compréhensible avec une multitude de diagrammes d’exemples du système de cogénération, en tant que processus utilisé et accepté pour la production combinée de puissance et de chaleur.

    COMPOSITION ET CAPACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES COMBUSTIBLES
    Nature du combustible. Combustibles solides. Combustibles liquides. Carburants alternatifs. Transformations du carburant. Pouvoir calorifique des combustibles.
    COMBUSTION ET DESTRUCTION THERMIQUE DE DÉCHETS
    Définition de combustion. La combustion comme processus chimique. L’air dans la combustion. Le diagramme de combustion. Efficacité de la combustion. Destruction thermique de déchets.
    VALORISATION ÉNERGÉTIQUE DES DÉCHETS MUNICIPAUX SOLIDES : L'INCINÉRATION
    Introduction. Types d’usines d’incinération de RSU. Législation européenne applicable à l’incinération de RSU. L’incinération au sein du système intégré de gestion de déchets. Fonctionnement d’un incinérateur de RSU. Récupération d’énergie. Impact sur l’environnement et risque sanitaire des incinérateurs. Viabilité économique d’un incinérateur de RSU. Conclusions.
    AUTRES PROCESSUS DE CONVERSION ÉNERGÉTIQUE DE LA FRACTION ORGANIQUE DES DÉCHETS
    Introduction. Combustion/incinération. Pyrolyse. Gazéification. Méthanisation ou fermentation anaérobie. Valorisation énergétique des boues d’EDAR. Dégazage des dépôts contrôlés.
    COGÉNÉRATION
    Aspects généraux de la cogénération. Turbines à vapeur. Turbines à gaz. Cycle combiné. Cogénération avec un moteur alternatif à combustion interne.
    CAS PRATIQUES
    ANNEXE I : SYSTÈMES D’ÉPURATION D’EFFLUENTS ATMOSPHÉRIQUES POLLUÉS
    ANNEXE II : CADRE ÉNERGÉTIQUE MONDIAL ACTUEL ET FUTUR
  6. RÉCUPÉRATION DES SOLS CONTAMINÉS

    On procède à une révision des polluants habituels présents dans les sols et des processus et interactions se produisant dans leur intérieur. On réalise également une révision en profondeur des outils nécessaires pour mener à bien la caractérisation de la pollution du sol, ainsi que des technologies de récupération utilisées dans la décontamination des sols et de leur futur suivi et contrôle.

    INTRODUCTION
    Concepts et définitions généraux : sol, précipitation et infiltration, évaporation et évapotranspiration, etc. Sources de pollution et types de polluants les plus courants. Métaux lourds. Pesticides et herbicides. Composés organiques volatiles (COV). Polychlorobiphényles (PCB). Hydrocarbures polyaromatiques (PAH). Les nutriments. Polluants radioactifs et autres polluants inorganiques. Émissions atmosphériques acides. Utilisation d’eau d’irrigation saline. Pollution par des exploitations minières.
    PHASE DE RECHERCHE SUR L’EMPLACEMENT POTENTIELLEMENT POLLUÉ
    Description des activités historiques et actuelles (naturelles et anthropiques). Sources de pollution. Plan d’échantillonnage et de recherche sur le sol pollué. Prévision de l’évolution et dispersion de la pollution : modélisation. Analyse des risques.
    PHASE DE CONCEPTION ET DE MISE EN PLACE DE TECHNIQUES D’ASSAINISSEMENT ET/OU DE RÉCUPÉRATION
    Introduction. Principales techniques utilisées dans la décontamination des sols : traitements biologiques, processus physiques, processus thermiques, processus chimiques, solidification/stabilisation, techniques de traitement innovantes. Restauration du sol pour les exploitations minières.
    PHASE FINALE DE CONTRÔLE ET DE SUIVI
    Aspects généraux dans l’aménagement du territoire en ce qui concerne les sols pollués : des points de vue régional et local.
  7. GESTION ET AUDITS ENVIRONNEMENTAUX DANS L’ENTREPRISE ISO 14001

    Les systèmes de gestion environnementale (SGE) sont décrits comme un outil qui tend à organiser et à formaliser des procédures que l’entreprise effectue en considérant des aspects environnementaux dans toutes ses activités. En outre, on présente les étapes nécessaires à la mise en œuvre de cet instrument de gestion environnementale, orienté sur la protection de l’environnement et la réduction des obstacles du commerce international.

    ENTREPRISE ET ENVIRONNEMENT
    Introduction. Mesures de protection environnementale. Normalisation.
    LES SYSTÈMES DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DANS L'ENTREPRISE (SGMA)
    Introduction. Qu’est-ce qu’un SGE ? À quoi servent et pourquoi met-on en place les SGE ? Qui peut mettre en place un SGE ? Parties concernées par la mise en place d'un SGE. Comment met-on en place les SGE ? Élection du SGE. Bilan mondial de mise en place de la norme ISO 14001
    LA NORME ISO 14001
    La famille de normes ISO 14000 Structure du document ISO 14001. Définitions. Objectifs et portée de la norme ISO 14001. Principes de base de la norme ISO 14001. Cycle d’amélioration continue. Mise en place de la norme ISO 14001 Révision par la direction. Certification du SGMA selon la norme ISO 14001. DOCUMENTATION DU SGE ISO 14001 Niveau I : Manuel de gestion de l'environnement. Niveau II : Procédures. Niveau III : Instructions. Niveau IV : Registres. Contrôle de la documentation.
    AUDITS ENVIRONNEMENTAUX
    Introduction. Qu’est-ce qu’un audit environnemental ? Pourquoi fait-on un audit environnemental ? Objectifs de l’AE. Portée de l’AE. Types d’AE. Qui se charge de l’AE ? Comment se fait un AE ? Phases de préparation de l’audit. Phase d´exécution. Phase d'information ou de rapport. Relations entre l’AE et l’étude de l’impact sur l’environnement. L’audit de conformité avec la norme ISO 14001
    MANUEL D’AUDIT
    Données générales de l'audit. Données générales de l’installation. Documentation exigée par l'administration. Utilities. Consommations et qualités de l’eau. Pollution atmosphérique. Eaux usées. Déchets.
    CAS PRATIQUES

2e PARTIE : MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET PROJET FINAL DE MASTER- MÉMOIRE

La deuxième partie du Master en Ingénierie et technologie environnementale consiste en la réalisation de la Méthodologie de la recherche scientifique (50 heures) et en l’élaboration d’un projet final ou mémoire de Master d’une durée prévue de 100 heures.

La méthodologie de recherche scientifique présente les étapes du processus de recherche et ses techniques, afin que l’étudiant fasse une approche avec la méthode scientifique et que cela lui permette d’apporter des contributions dans son domaine de travail. Le programme a été divisé en plusieurs chapitres avec des exercices, lesquels cherchent à réussir un apprentissage progressif des concepts de base et des méthodes de recherche.

Le projet final de Master (PFM) consiste en l’élaboration d’un travail de recherche et/ou bibliographique, sur la base d’un protocole d’interaction entre l’étudiant et le directeur de mémoire permettant de jauger le degré de connaissance d’un étudiant sur un ou plusieurs thèmes liés au programme.

Ce projet peut être élaboré en parallèle avec l’étude des matières. D’ailleurs, il est recommandé de commencer s’y mettre lorsque les 2/3 du programme sont réalisés.


REMARQUE : Le contenu du programme académique peut être soumis à de légères modifications en fonction des mises à jour ou des améliorations effectuées.

Direction

  • Dr. Eduardo García Villena Directeur du Domaine Environnement  Université Internationale Ibéro américaine (UNINI)

Professeurs et auteurs

  • Dr. Ángel M. Álvarez Larena. Dr. en Géologie. Prof. à l´Université Autonome de Barcelone
  • Dr. Roberto M. Álvarez. Prof. à l´Université de Buenos Aires.
  • Dr. Óscar Arizpe Covarrubias. Prof. à l´Université Autonome de Basse Californie Sud, México
  • Dr. Isaac Azuz Adeath. Prof. à l´Université Autonome de Basse Californie Sud, México
  • Dr. David Barrera Gómez. Docteur par l´Université Polytechnique de Catalogne
  • Dr. Brenda Bravo Díaz. Prof. à l´Université Autonome Métropolitaine, México
  • Dr. Rubén Calderón Iglesias. Prof. à l´Université Européenne Miguel de Cervantes
  • Dr. Leonor Calvo Galván. Prof. à l´Université de León. Espagne
  • Dr. Olga Capó Iturrieta. Dr. Ingénierie Industrielle. Prof. à l´Institut de Recherches Agropastorales du Chili
  • Dr. Alina Celi Frugoni. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. José Cortizo Álvarez. Prof. à l´Université de León. Espagne
  • Dr. Antoni Creus Solé. Dr. en Ingénierie Industrielle
  • Dr. Juan Carlos Cubría García. Prof. à l´Université de León. Espagne
  • Dr. Raquel Domínguez Fernández. Prof. à l´Université de León
  • Dr. Luís A. Dzul López. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Xavier Elías Castells. Directeur de la Bourse de Sous-produits de Catalogne
  • Dr. Milena E. Gómez Yepes. Dr. en Ingénierie de Projets. Prof. à l´Université del Quindío, Colombie
  • Dr. Ramón Guardino Ferré. Dr. en Ingénierie de Projets. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Emilio Hernández Chiva. Dr. en Ingénierie Industrielle. Centre Supérieur de Recherches Scientifiques, CSRS
  • Dr. Cristina Hidalgo González. Prof. à l´Université de León
  • Dr. Francisco Hidalgo Trujillo. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Víctor Jiménez Arguelles. Prof. à l´Université Autonome Métropolitaine. México
  • Dr. Miguel Ángel López Flores. Prof. à l´Institut Polytechnique National (CIIEMAD-IPN)
  • Dr. Izel Márez López. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Carlos A. Martín. Prof. à l´Université Nationale du Littoral, Argentine
  • Dr. Isabel Joaquina Niembro García. Dr. en Ingénierie de Projets. Prof. Du Centre Technologique de Monterrey
  • Dr. César Ordóñez Pascua. Prof. à l´Université de León
  • Dr. José María Redondo Vega. Prof. à l´Université de León. Espagne
  • Dr. Gladys Rincón Polo. Prof. à l´Université Simón Bolívar, Venezuela
  • Dr. José U. Rodríguez Barboza. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Ramón San Martín Páramo. Dr. en Ingénierie Industrielle. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Raúl Sardinha. Prof. à l´Institut Piaget, Portugal
  • Dr. Héctor Solano Lamphar. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Martha Velasco Becerra. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • Dr. Alberto Vera. Prof. à l´Université Nationale de Lanús, Argentine
  • Dr. Margarita González Benítez. Professeur à l´Université Polytechnique de Catalogne, Espagne.
  • Dr. Lázaro Cremades Oliver. Professeur à l´Université Polytechnique de Catalogne, Espagne
  • Dr. (c) Pablo Eisendecher Bertín. Prof. au Département d´Environnement de FUNIBER
  • Dra. (c) Ann Rodríguez. Prof. au Département d´Environnement de FUNIBER
  • Dr. (c) Kilian Tutusaus Pifarré. Prof. au Département d´Environnement de FUNIBER
  • Dra. (c) Karina Vilela. Prof. au Département d´Environnement de FUNIBER
  • Dr. (c) Erik Simoes. Prof. à l´Université Internationale Ibéro américaine
  • M. Omar Gallardo Gallardo. Prof. à l´Université de Santiago du Chili
  • Mme. Susana Guzmán Rodríguez. Prof. à l´Université Centrale de l´Equateur
  • Mme. Icela Márquez Rojas. Prof. à l´Université Technologique de Panamá

Bourses

La Fondation Universitaire Ibéro-américaine (FUNIBER) attribue périodiquement une aide financière à titre exceptionnel pour les Bourses de Formation FUNIBER.

Pour en faire la demande, il faut compléter le formulaire de demande d'information figurant sur le site web de FUNIBER ou prendre directement contact avec le siège de la Fondation de votre pays qui vous dira s’il est nécessaire de fournir des informations complémentaires.

Une fois la documentation reçue, le Comité évaluateur examinera la pertinence de votre candidature pour l'octroi d'une aide économique, sous forme de Bourse de Formation FUNIBER.