Master en Projets de Coopération Internationale

Présentation du Programme

La Coopération internationale relie toujours au moins deux acteurs intéressés par l’échange de connaissances, le transfert de techniques, de technologies, d’aptitudes ou d’expériences, soucieux de collaborer à la recherche de solutions mutuellement favorables.

La coopération internationale a acquis une place importante dans la société actuelle de mondialisation, et s’est transformée en un secteur sociopolitique, économique et organisationnel qui est au cœur de l’attention et des préoccupations des organisations internationales et locales, publiques et privées. La conséquence de cet essor est que les multinationales, les gouvernements, les ONG ou les fondations locales, tous se sont transformés en acteurs de cette coopération internationale. L’expansion de ce secteur exige de plus grands efforts de professionnalisation, pour que l’engagement socio-éthique et organisationnel soit renforcé et que l’on puisse concrétiser les projets qui réduiront effectivement les inégalités de la société actuelle.

Le Master en Conception, Gestion et Direction de Projets de Coopération internationale aborde cet angle en définissant la coopération internationale comme l’ensemble des ressources et possibilités dont les acteurs ont besoin pour progresser et poursuivre leur croissance économique et socio-organisationnelle, et qu’ils sollicitent de la part d’autres acteurs capables et désireux de satisfaire leurs besoins. Dans ce contexte, un projet de coopération apportant des propositions/solutions mutuellement favorables est nécessaire.

Le Master en Conception, Gestion et Direction de Projets de Coopération internationale est né de la demande de professionnalisation du secteur et de la vision de la coopération internationale rehaussant l’importance du projet en tant que dispositif permettant de concevoir des solutions d’un point de vue systémique, intégral et global, ainsi que de gérer les ressources et les possibilités créant un avantage économique et socio-organisationnel pour tous les acteurs concernés.

Le Master en Conception, Gestion y Directorat de Projets en Coopération internationale : un programme unique et équilibré qui comprend le contexte et la théorie générale de la coopération, ainsi que les aspects de type organisationnel, financier, économique et humain des projets de coopération internationale. Ce programme est pensé dans une perspective duelle unique qui privilégie d’une part le caractère intégral du projet dans ses phases de conception, gestion et direction, et d’autre part l’appui des TIC et des modèles coopératifs et collaboratifs de travail et de gestion.

A qui le Master s'adresse-t-il?

Le Master en Conception, Gestion et Direction de Projets en Coopération internationale est adressé aux personnes ayant un intérêt particulier pour la coopération internationale, avec ou sans expérience dans le secteur .On les considère comme des techniciens qualifiés, responsables et en contact direct ou lié à la coopération internationale.

La méthodologie rigoureuse de formation en projets de coopération internationale utilisée dans le programme de Master prépare à intégrer des postes en rapport avec la coopération en général .Les intéressés doivent donc être motivés par des postes de cadres d’entreprise, d’ONG, de gouvernements, de fondations ou organismes de coopération, sans exclure les entreprises ou organismes privés nationaux ou internationaux qui développent ou souhaitent développer des activités de coopération En outre, les intéressés doivent avoir envie d’exercer librement des fonctions d’aide ou d’assessorat en projets de coopération internationale.

Diplôme

La réalisation avec succès du programme vous permettra d'obtenir le diplôme de Master en Projets de Coopération Internationale.

À la fin du Programme, l'étudiant recevra le diplôme de l'Université dans laquelle il s'est inscrit.

Structure du Programme

La durée estimée du programme Master en Conception, Gestion et Direction de Projets en Coopération internationale est de 900 heures (90 crédits).

En ce qui concerne la répartition du temps, les dispositions sont les suivantes :

  • S’agissant d’un programme à distance n’étant pas soumis à des cours présentiels, il n’est pas établi de date d’ouverture officielle car l’étudiant peut s'inscrire à tout moment, chaque fois que des places sont disponibles.
  • Pour des motifs académiques et d’apprentissage, la durée minimale du programme est de 21 mois.
  • La durée maximale pour réaliser le programme est de 24 mois. Au cours de cette période, l'étudiant doit avoir réussi toutes les activités évaluées dans toutes les matières, et avoir réussi le projet final de Master.

La structure de crédits du programme de Master en Conception, gestion et direction de projets en coopération internationale est mentionnée dans le tableau suivant .Il faut signaler que la durée est indiquée à titre indicatif, car la méthodologie suivie intègre la connaissance et les aptitudes à acquérir dans chaque partie, grâce à des exercices d’acquisition de connaissances et d’intériorisation de pratiques en projets de coopération internationale.

  CRÉDITSa DURÉEb HEURES
TOTAL 90 24 900
1e Partie : Conception 27 7 270
2e Partie : Gestion 25 8 250
3e Partie : Direction 28 6 280
4e Partie : Projet Final de Master 10 3 100

a. L’équivalence en crédits peut varier selon l’université 
b. Durée en mois

Objectifs

Objectif général

Former des professionnels qui participent de façon active à la coopération internationale, dotés d’un esprit créatif, coopératif et de leadership, et aptes à la conception, la gestion et la direction de projets en coopération internationale.

Objectifs particuliers

  • Apporter des outils, des connaissances et aptitudes pour :
  • Maitriser le processus de conception d’un projet en coopération internationale pour trouver réponse à des questions telles que : le conflit est-il réglé ? Existe-t-il une équipe capable de gérer et d'orienter l'action de coopération ? Les conditions pour contrôler le projet de coopération existent-elles ? Les conditions nécessaires à la coopération sont-elles réunies ? et/ou le projet est-il réellement soutenable ?
  • Maitriser la gestion d’un projet de coopération internationale en dominant d’une part les aspects théoriques du développement et de la coopération internationale propres au système, et d’autre part l’ensemble des étapes de gestion (de A à Z), dans la perspective organisatrice d’outils tels que le Cadre logique ou celles propres aux normes internationales de gestion de projets (PMI, IPMA et AEIPRO).
  • Maitriser la direction d’un projet de coopération internationale par l’usage des TIC, des outils administratifs et de gestion du personnel, le tout dans un cadre de coopération, de collaboration, d’éthique et de responsabilité.

Opportunités de carrière

Voici quelques-unes des opportunités de carrière du programme de Master en Conception, Gestion et Direction de Projets en Coopération internationale :

  • Gestionnaires, Directeurs et techniciens en Coopération internationale
  • Directeurs d’opérations internationales de coopération.
  • Consultants et conseillers en projets de coopération internationale.
  • Gestionnaires de projets de coopération internationale
  • Chercheurs en coopération internationale.

Programme d'études

Le programme de Master en Conception, Gestion et en Direction de projets possède une structure curriculaire basée sur 4 parties de formation :

  • 1e PARTIE : CONCEPTION

La première partie de la conception de projets permet d’introduire des méthodologies de travail pour générer et gérer de façon efficiente l’évaluation de cette conception et la connaissance générée.

Les matières et heures correspondantes qui composent la première partie sont présentées dans le tableau suivant :

Ces matières, bien qu’indépendantes entre elles, sont complémentaires et restent structurées dans la progression des études, suivant un ordre pédagogique cohérent. Chacune se répartit en unités thématiques de base ou chapitres, reliés directement à au moins un exercice pratique et inclut du matériel d’appui théorique et de suivi personnalisé de la part du tuteur de la matière. Étant donné que l’étape de développement/conception de projet autorise l’apport de corrections jusqu’au dernier moment, l’élève ne réussit pas par matière, mais une fois arrivé à la fin du module complet.

  • 2e PARTIE : GESTION

La seconde partie, de gestion de projets, développe toutes les matières composantes de la gestion d’un projet de coopération internationale et l’atteinte de ces dernières. On prétend donner ainsi une vision profonde et globalisante de tous les sujets possibles à traiter au moment de concevoir un projet de coopération internationale, en se centrant sur l’obtention et la production d’une solution avantageuse pour tous les acteurs, indépendamment du type et de la finalité de cette solution. Il s’agit de porter à la connaissance de l’élève tous les outils existants actuellement sur le marché pour mener à bien cette activité. Cette seconde partie dispense les connaissances des standards de formation établis par l’IPMA, l’AEIPRO et le PMI.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la seconde partie sont indiquées dans le tableau suivant :

Ces matières, malgré leur indépendance entre elles, sont autonomes et demeurent structurées suivant un ordre pédagogique cohérent. Chacune se divise en unités thématiques de base ou chapitres dont le contenu comprend du matériel imprimé qui doit être appris pour répondre de façon satisfaisante aux diverses activités d’évaluation.

  • 3e PARTIE : DIRECTION

La troisième partie, de direction de projets, développe des thèmes exclusivement liés à l’activité d’in directeur de projet de coopération internationale, mettant ainsi en avant ses responsabilités et activités dans chaque domaine duquel il participe. Cela comprend les grandes étapes et taches d’un projet : celles propres à la gestion (démarrage, planification et conception, exécution et contrôle, clôture et post-mortem) et celles de nature stratégique pouvant concerner les programmes ou les portefeuilles de projet.

Les matières et les heures correspondantes qui composent la troisième partie sont indiquées dans le tableau suivant :

Ces matières, malgré leur indépendance entre elles, sont autonomes et demeurent structurées suivant un ordre pédagogique cohérent. Chacune se divise en unités thématiques de base ou chapitres dont le contenu comprend du matériel imprimé qui doit être appris pour répondre de façon satisfaisante aux diverses activités d’évaluation.

  • 4e PARTIE : PROJET FINAL DE MASTER

Par la nature de la méthodologie, le Projet Final de Master est l’extension naturelle d’un projet réalisé par l’élève au cours du programme de Master en Conception, Gestion et Direction de projets de coopération internationale. Le Projet Final de Master, qui représente une charge scolaire de 100 heures, a comme objectif la présentation d’un projet complet de coopération internationale qui présentera le développement total d’un projet, sous l’angle de son exécution concrète potentielle, dans le respect des directives et des détails de la proposition présentée.

4e PARTIE : PROJECT FINAL DE MASTER
# MATIÈRES HEURES
1 PROJET FINAL DE MASTER 100
TOTAL 100

Description des sujets

1e PARTIE : CONCEPTION

  1. Introduction aux projets

    La présente matière nous présente, de façon générale et théorique, les concepts relatifs au terme de « projet », parmi eux : phases du projet, systèmes en projets, travail collaboratif et gestion de la connaissance pour la réussite du projet, conception de projets. On établit ainsi une base de connaissances propice au développement des matières suivantes.

    INTRODUCTION GÉNÉRALE ET THEORIQUE
    LES PHASES DU PROJET
    LES SYSTEMES EN PROJETS
    LE TRAVAIL COLLABORATIF ET LA GESTION DE LA CONNAISSANCE POUR LA REUSSITE DU PROJET
  2. Conception de projets

    Cette matière apporte les concepts liés à l’identification du scénario de projet, les facteurs qui conditionneront la solution, l’instauration du problème technique, la formulation des objectifs, les critères avec lesquels on évaluera la réussite du projet, ainsi que l’identification et l’analyse de toutes les personnes et objets impliqués dans la résolution du problème, comprises comme pièces fondamentales dans la trilogie homme - système artificiel - environnement.

    SCÉNARIO DU PROJET
    PROBLÈME TECHNIQUE
    PERSONNES ET OBJETS IMPLIQUÉS DANS LA RÉSOLUTION DU PROBLÈME
  3. Analyse des services à rendre

    Cette partie développe, étudie et détermine les besoins de fourniture et d’approvisionnement des clients et les compare aux solutions que la science et l’ingénierie peuvent apporter ; considérant cette solution comme le projet-même, et nous exigeant de définir le service « souhaité » comme résultat du projet.

    ANALYSE DE LA FOURNITURE ET DE L’APPROVISIONNEMENT
    LE SERVICE SOUHAITÉ ET LES CONDITIONS DE PRESTATION
  4. Analyse fonctionnelle du projet

    On prétend ici déterminer les fonctions techniques et de services à remplir, via le projet que l’on est en train de concevoir, à l’aide d’ « outils conceptuels » tels que l’arbre de fonctions de service, la proposition du système-projet, l’analyse de la valeur et qualité dans la phase de conception.

    ARBRE DE FONCTIONS DE SERVICE
    PROPOSITION DU SYSTÈME-PROJET
    ANALYSE DE LA VALEUR ET DE LA QUALITÉ DANS LA PHASE DE CONCEPTION
  5. L’ergonomie du projet

    Cette matière s’attèle à comprendre le rôle des personnes dans leurs activités et leurs utilisations, dans la solution d’un projet et dans la relation qu’elles entretiennent avec d’autres personnes et machines. On établit à cet effet une classification d’usagers, de mesures de sécurité, etc.

    BIEN-ÊTRE DES USAGERS DU SYSTÈME ET LIMITATIONS
    ERGONOMIE ET SECURITÉ DU SYSTÈME
  6. Sécurité et fiabilité du projet

    Cette matière parcourt des thèmes liés à la compréhension des aspects de sécurité et viabilité d’une solution de projet, en envisageant ses états et son cycle de vie, au niveau du système et de ses composants, y compris les personnes, les machines et leurs relation.

    SÉCURITÉ, RISQUE ET FIABILITÉ
    SÉCURITE INDUSTRIELLE, ORGANISATIONNELLE ET NORMATIVE
    NORMES ET STANDARDS DE SÉCURITÉ
    TYPES DE RISQUE, DE CLASSIFICATION ET DE CRÉATION DE PROCÉDURES
    FIABILITÉ ET CONFIANCE
  7. L’environnement dans le projet

    Grace à l’étude approfondie de la durabilité du projet, de la conception écologique, de l’impact environnemental et de l’analyse du cycle de vie, nous tenterons de comprendre l’environnement d’une solution de projet dans ses états et son cycle de vie, au niveau du système et de ses composants.

    DURABILITÉ DU PROJET
    CONCEPTION ÉCOLOGIQUE
    IMPACT ENVIRONNEMENTAL
    ANALYSE DU CYCLE DE VIE
  8. Les spécifications dans le projet

    Cette matière nous permettra d’apprendre à détailler, spécifier et expliquer le fonctionnement, le détail et la constitution de la solution clé apportée par un projet.

    FIABILITÉ DANS L’APPROVISIONNEMENT
    ARBRE DE DÉFAILLANCES
    SPÉCIFICATIONS POUR L’EXÉCUTION DU PROJET
  9. Élaboration de l’avant-projet

    Cette matière, en abordant des sujets tels que les outils de spécification, de documentation, et d’élaboration de la proposition de projet, nous aidera à comprendre l’importance de la gestion comme étape ultérieure à la conception et à de fournir une proposition de gestion viable et durable.

    OUTILS DE SPÉCIFICATION
    DOCUMENTATION
    ÉLABORATION DE LA PROPOSITION DE PROJET

2e PARTIE : GESTION

  1. Introduction à la gestion de projets

    La gestion/gérance de projets consiste en l’administration de toutes les ressources nécessaires au développement du projet. Cette matière nous présente le sujet de façon générale, embrassant entre autres les thèmes suivants : concepts généraux de la gestion de projets et de typologies de projets, phases du projet et cycle de vie du projet.

    GESTION ET GÉRANCE DE PROJETS
    INTRODUCTION GÉNERALE ET THÉORIQUE
    CONCEPTS GÉNÉRAUX DE LA GESTION DE PROJETS ET DE TYPOLOGIES DE PROJETS
    PHASES DU PROJET ET CYCLE DE VIE DU PROJET
  2. Planification et gestion de projets

    La planification et la gestion de projets sont étroitement liées, puisqu’il est impossible de penser gestion sans que celle-ci ne soit planifiée. Pour cela, il est nécessaire de rappeler quelques concepts : développement du plan du projet et contrôle de ses éventuels changements ; définition, administration et planification de la portée du projet ; choix et application des techniques adéquates pour la production d’un plan d’action.

    INTÉGRATION ET PORTEE DU PROJET
    DÉVELOPPEMENT DU PLAN DU PROJET ET CONTRÔLE DE SES POSSIBLES CHANGEMENTS, DÉFINITION, ADMINISTRATION ET PLANIFICATION DE LA PORTÉE DU PROJET
    PLANIFICATION ET PROGRAMMATION DU PROJET
    CHOIX ET APPLICATION DES TECHNIQUES ADEQUATES POUR LA PRODUCTION D’UN PLAN D’ACTION
    TECHNIQUES SPECIFIQUES DE PROGRAMMATION ET ADMINISTRATION CORRECTE DES DÉLAIS
  3. Système de coopération internationale

    Cette matière est une exégèse des sujets qui concernent la société sur l’ensemble de la planète affectée par des phénomènes aussi divers et variés que l’émigration, le terrorisme, les affaires non délimitées, l’économie globale, le sport de masse, etc. On apporte une vision de la coopération dans le scénario complexe des relations internationales. On présente une vision théorique des processus et structures internationales et de l’effet des agents de coopération dans les capacités d’action des États contemporains.

    RÉALITÉ MONDIALE
    Système d’organisations internationales, relations internationales, Est-Ouest/Nord-Sud.
    MONDIALISATION
    Concept, mondialisation économique, processus d’intégration.
    SYSTÈME INTERNATIONAL DE COOPÉRATION POUR LE DEVELOPPEMENT
    Coopération et aide officielle pour le développement, aide humanitaire et d’urgence, assistance internationale pour le développement.
    LE SYSTÈME DE DONATEURS
    Système multilatéral, intergouvernemental ou supranational de coopération, agences bilatérales de coopération, aide privée.
  4. Suivi et contrôle du projet

    Le travail de suivi et de contrôle du projet requerra sans aucun doute l’engagement le plus important. À cet effet, la matière aborde de façon générale des thèmes tels que les fondements du contrôle de projets et ses méthodologies, et de façon particulière le contrôle de ressources techniques et humains destinés à assurer le respect des délais, de la qualité et des coûts.

    COMMUNICATIONS ET CIRCUITS DE RAPPORTS
    CONCEPTION ET DEVELOPPEMENT DE TOUS LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA CHAÎNE D’INFORMATIONS
    CONCEPTION STRATÉGIQUE DU CIRCUIT INFORMATIF
    RE-PLANIFICATION ET CONTRÔLE DE LA PROGRESSION
    ÉVALUATION ET ANALYSE DE LA PROGRESSION PRÉVUE DU PROJET
    MODÈLES D’ANTICIPATION
    CONTRÔLE DE RESSOURCES TECHNIQUES ET HUMAINES POUR ASSURER LE RESPECT DES DÉLAIS, DE LA QUALITÉ ET DES COÛTS
  5. Évaluation des projets

    On aborde l’identification et la quantification des revenus et des coûts du projet, dans le but de déterminer leur contribution à la création de valeur et de développement économique, en partant de la perspective d’un exercice créatif et dynamique, dans lequel l’évaluateur joue un rôle très important, car c’est lui qui devra veiller à ce que les données sur lesquelles reposent l’évaluation soient hautement fiables.

    NOTIONS DE BASE SUR L’ÉVALUATION DE PROJETS
    FLUX DE TRÉSORERIE POUR L’ÉVALUATION DE PROJETS
    INDICATEURS DE RENTABILITÉ
    TAUX D’ESCOMPTE
    ANALYSE DE PROJETS AUX CYCLES DE VIE DIFFÉRENTS
    RISQUE ET INCERTITUDE DANS L’ÉVALUATION DE PROJETS
    ESTIMATION DE BIEN INTANGIBLES
  6. Gestion de la confiance : risque et qualité

    La gestion de la confiance est axée principalement sur l’évaluation et la connaissance des principes fondamentaux de qualité relatifs aux projets, à leurs outils et méthodologies ; l’apprentissage de la planification et la capacité à assurer et contrôler la qualité et le risque.

    PLANIFICATION DE LA QUALITÉ
    ASSURANCE ET CONTRÔLE DE LA QUALITÉ
    CONTRÔLE DES PROCESSUS ET DU RESPECT DES OBJECTIFS FORMELS ET TEMPORELS
    REPONSE CORRECTE AUX BESOINS INITIALEMENT ÉVOQUÉS
    PLANS DE QUALITÉ
  7. Cadre logique

    Cette matière présente la méthodologie du cadre logique dans le but de comprendre sa complexité et de connaitre le processus du cycle de vie d’un projet dans la perspective de ce cadre logique.

    ORIGINE ET ÉPISTÉMOLOGIE DE LA PLANIFICATION PAR OBJECTIFS
    DÉMARCHES DE MISE AU POINT DU CADRE LOGIQUE : ANALYSE DE LA PARTICIPATION, DES PROBLÈMES, DES OBJECTIFS, DES ALTERNATIVES, MATRICE DE PLANIFICATION DU PROJET
    ET ANALYSE DE LA VIABILITÉ
    GESTION DU CYCLE DU PROJET
  8. Éthique et responsabilité sociale corporative

    Cette matière fournit les concepts permettant de comprendre l’importance et la validité de l’éthique entrepreneuriale et la responsabilité sociale corporative (RSC) en tant qu’outils efficaces pour atteindre la compétitivité, le développement et le progrès socio-économique des personnes, des Nations et des communautés.

    BASES DE L’ÉTHIQUE ENTREPRENEURIALE
    NÉCESSITÉ DE L’ÉTHIQUE ENTREPRENEURIALE
    BASES DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE CORPORATIVE
    LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT DANS LA RSC
    LA RSC DÉPLACÉE VERS LES GROUPES D’INTÉRÊT DES ENTREPRISES
    LE FACTEUR HUMAIN AU CENTRE DE L’ÉTHIQUE ENTREPRENEURIALE
  9. Communication du projet

    Le thème abordé dans cette matière est celui de la communication interne et externe d’un projet, et destinée aux trois niveaux d’usagers. La matière part des concepts basiques des circuits de communication et traite jusqu’aux structures les plus complexes de communication stratégique, ou l’image du projet est engagée dans l’imaginaire sociale.

    ANALYSE ET IDENTIFICATION DU CONCEPT ET IDENTITÉ DU PROJET
    APPLICATION DES MODÈLES D’ANALYSE QUALITATIVE À LA MISSION-VISION PRÉDETERMINÉE POUR LE PROJET
    STRATEGIE COMMUNICATIVE ET DÉVELOPPEMENT DE PLANS DE COMMUNICATION AUX DIFFERENTS NIVEAUX DU MARCHÉ RÉCEPTEURDU PROJET
    OUTILS STRATÉGIQUES DE COMMUNICATION ET DÉVELOPPEMENT DU MANUEL DE NORMES ET PROCÉDÉS DE COMMUNICATION
    ÉTUDE DU MARCHÉ RÉCEPTEUR

3e PARTIE : DIRECTION

  1. Environnements virtuels de travail collaboratif (EVTC)

    Cette matière enseigne le concept de travail collaboratif et les technologies qui lui sont associées à partir de la gestion des équipes organisationnelles jusqu’à la gestion des équipes à distance médiatisées par des environnements virtuels.

    CONCETS ESSENTIELS : DE L'ENVIRONNEMENT VIRTUEL À L’EVTC.
    L'interaction entre les personnes. Environnements virtuels et EVTC virtuels. Collaboration, coopération et division du travail. Constructivisme : la base de l’apprentissage actif. Cognitivisme vs constructivisme.
    VERS UN EVTC : BASES POUR CONSTRUIRE UN ENVIRONNEMENT VIRTUEL.
    Introduction. Esquisses socioculturelles de l’apprentissage comme base de travail dans la société contemporaine. La pensée critique comme base du processus de résolution des problèmes entre les personnes. Dynamiques de groupe comme un soutien aux organisations de personnes. Modèles technologiques de partage, de collaboration et de coopération.
    TECHNOLOGIES POUR LE TRAVAIL DIVISÉ EN EVTC.
    Introduction. CSCW et CSCL. Technologie Groupware. Solutions et technologies pour le travail partagé en EVTC (systèmes propriétaires et ouverts, exemples : BSCW, Moodle, Facebook et Gmail)
  2. La gestion sans distances (GsD)

    Cette matière nous permet de connaitre le processus complexe, ses outils, les possibles méthodologies et typologies de la gestion off-shore d’un projet. La gestion de projets est réalisée à distance. Pour pouvoir connaitre ce thème en profondeur, il faut parler de concepts tels que : Construction coopérative et collaborative de la connaissance et des modèles coopératifs de participation, soutenus avec des technologies d’information.

    SURMONTER LES DISTANCES
    Définition de la GsD. Domaines de la GsD. Modes de GsD.
    LA GSD DANS LES DISCOURS ORGANISATIONNELS
    Modèles de maturité. Disciplines organisationnelles impliquées.
    SYSTÈMES TÉLÉMATIQUES POUR LA GSD.
  3. Techniques de présentation en public

    Cette matière joue actuellement un rôle croissant dans la direction de projets car elle donne des orientations en matière de promotion des projets et de leurs produits, afin d’attirer des investisseurs, ou au moins le marché d’accueil. Une connaissance de la stratégie en communication est pour cela requise, ainsi que la capacité à définir les éléments caractéristiques du projet qui seront conformes à l’image de celui-ci.

    COMMUNICATION DE LA PROPOSITION, DOCUMENTS D’UN PROJET ET TECHNIQUES DE COMMUNICATION ORALE ET GRÁPHIQUE POUR LES AUTEURS DU PROJET
  4. Théorie du développement et de la coopération

    Cette matière se charge de présenter l’état actuel de la coopération internationale en amenant une vision internationale et globale à partir d’un point de vue théorico-conceptuel et pratique.

    LA COOPERATION INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT
    LE PARADIGME DU DEVELOPPEMENT HUMAIN SOUTENABLE
    THEORIE DU DEVELOPPEMENT
    INTERNATIONALL : UNE VISION GENERAL
  5. Direction et planification stratégique

    Cette matière nos impose de connaitre les outils de direction stratégique et de maitriser le processus de planification stratégique, qui constituent les premières démarches fondamentales que doit accomplir le directeur de projets. Elle aborde également les thèmes nécessaires aujourd’hui, à savoir, la mission, la vision et les valeurs, la chaine de valeurs, la matrice SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats), les choix de stratégies et le tableau de bord prospectif.

    DIRECTION STRATÉGIQUE
    RESSOURCES ET CAPACITÉS STRATÉGIQUES
    INTERNATIONALISATION, ALLIANCES ET ACCORDS DE COLLABORATION
    LA STRATÉGIE ENTREPRENEURIALE DANS LA NOUVELLE ÉCONOMIE
    MISISION, VISION ET VALEURS
    CHAÎNE DE VALEURS, MATRICE SWOT ET CHOIX DE STRATÉGIES
    TABLEAU DE BORD PROSPECTIF
  6. Techniques de résolution des conflits et négociation

    La matière approfondit les connaissances théoriques et pratiques relatives aux conflits, les stratégies de résolution et les compétences de base pour leur résolution.

    INTRODUCTION À L'ANALYSE DES CONFLITS
    STRATÉGIES ET MÉTHODES POUR LES RÉSOUDRE
    COMPÉTENCES ET APTITUDES NÉCESSAIRES À LA RÉSOLUTION DE CONFLITS
  7. Techniques de direction d’équipes de travail

    La matière approfondit les éléments théoriques et pratiques relatifs aux groupes et aux équipes de travail, leurs caractéristiques, leurs techniques et leurs outils pour leur gestion efficace.

    L ES EQUIPES DE TRAVAIL
    PRINCIPAUX OUTILS POUR PERFECTIONNER DES ÉQUIPES
    LA PRISE DE DÉCISIONS EN ÉQUIPE. TECHNIQUES POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE
  8. Direction financière

    On dégage les aspects les plus pertinents du concept de direction financière de n’importe quelle entreprise, en fournissant à travers des chapitres qu’on expose, des exemples et des exercices faciles à apprendre et à assimiler.

    ENTREPRISES ET FINANCES ENTREPRENEURIALES
    ÉTATS FINANCIERS COMME BASE DU DIAGNOSTIC ENTREPRENEURIAL
    AMÉLIORATION DU PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISIONS STRATÉGIQUES : EXEMPLE PRATIQUE
    LE PLAN FINANCIER, APPLICATION
    LA DIRECTION FINANCIÈRE, DEPUIS LA PERSPECTIVE DE LA THÉORIE DES RESTRICTIONS
    ANALYSE DE LA LIQUIDITÉ OPÉRATIONNELLE
    ANALYSE DES COÛTS DE LA STRUCTURE FINANCIÈRE
    ANALYSE DES DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
    ANALYSE DE LA RENTABILITÉ DES PROJETS D’INVESTISSEMENT
  9. Résolution/Transformation des conflits au niveau communautaire

    Fournir aux médiateurs une formation spécifique sur les différentes thématiques qui interviennent dans les conflits urbains, vicinaux et communautaires, d’ordre public ou privé. On présente l’optique particulière de la médiation communautaire, du point de vue interdisciplinaire, orientée vers les nouvelles conditions socioculturelles marquées par la différence et les inégalités. Sous ce même rapport, on analyse le profil du médiateur par rapport à ces scénarios, c’est- à-dire, celui impliqué dans la construction d’une société-cité pluraliste, équitable et intégratrice.

    MÉDIATION
    PRATIQUE DE LA MEDIATION COMMUNAUTAIRE
    DU MULTICULTURALISME A L’INTERCULTURALITÉ
    DROITS HUMAINS ET INTERCULTURALITÉ : LE DROIT DE L’HOMME À LA DIVERSITÉ CULTURELLE ET À L’ACCÈS A LA JUSTICE
    MIGRANTS : SITUATION DE VULNÉRABILITÉ DU MIGRANT ET POLITIQUES MIGRATOIRES
    CONFLIT PUBLIC

4e PARTIE : PROJET FINAL DE MASTER

La dernière partie du Master est destinée à la réalisation du Projet Final de Master (PFM). Ce travail est une amélioration du projet réalisé dans les trois parties antérieures et rendue possible grâce à la résolution des divers exercices.

L’objectif est la présentation d’un projet complet de coopération internationale qui présentera le développement total d’un projet, sous l’angle de son exécution concrète potentielle, dans le respect des directives et des détails de la proposition présentée. Ce projet doit constituer un apport au domaine des projets et comporter une forte composante pratique, tout en respectant la doctrine et la théorie du domaine des projets de coopération internationale.


Remarque : le contenu du programme académique peut être soumis à de légères modifications en fonction des mises à jour ou améliorations apportées.

Direction

Direction Académique

  • Dr. Roberto M. Álvarez. Docteur en ingénierie de projets, à l'Université polytechnique de Catalogne, Espagne. Master en gestion de projet et de conception, à l’École polytechnique de Milan, Italie. Professeur à l'Université de Buenos Aires, Argentine. Professeur à l'Université internationale ibéro-américaine.
  • Dr. Luis Dzul López. Docteur en ingénierie de projets : environnement, qualité et prévention. Ingénieur civil. Expert en projets de coopération internationale. Professeur de l’Université Internationale Ibéro-américaine.
  • Dr. Eduardo Garcia Villena. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Master en Ingénierie et technologie environnementale. Ingénieur industriel.

Professeurs et auteurs

  • Dre. Izol Marez. Docteure en Architecture. Professeure de l’Université Internationale Ibéro-américaine (UNINI).
  • Dr. Alberto Vera. Docteur en Intégration et développement économique et territorial. Architecte. Professeure titulaire du parcours universitaire Gestion environnementale urbaine, Université Nationale de Lanús, Argentine.
  • Dre. Martha Velasco. Docteure en Projets d’innovation technologique, spécialiste en Gestion de projets. Master en Sciences de l’administration et de l’ingénierie industrielle. Chercheuse en développement durable et engagement social. Professeure de l’UNINI.
  • Dr. Miguel Ángel López Flores. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Professeur-chercheur de l’Institut polytechnique national de México.
  • Dr. Arturo Ortega. Docteur en Ingénierie électronique. Ingénieur en télécommunications. Directeur en Recherche, Développement et Innovation (RDI) de FUNIBER.
  • Dr. Benjamín Otto Ortega Morales. Docteur en Sciences, spécialité en Microbiologie. Directeur général des études de Master et de recherche de l’Université Autonome de Campeche.
  • Dr. Fermín Ferriol Sánchez. Docteur en Sciences de l’éducation de l’Université de La Havane. Professeur de l’UNINI.
  • Dr. Antonio Eduardo Fuenzalida. Docteur en Sciences de l’exercice. Professeur de l’Université Santo Tomas. Santiago, Chili.
  • Dr. Eduardo García Villena. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Master en Ingénierie et technologie environnementale. Ingénieur industriel.
  • Dre. Brenda Bravo. Docteure en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Professeure de l’Université Métropolitaine de México.
  • Dr. Victor Jiménez. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Professeur de l’Université Métropolitaine de México.
  • Dr. Héctor Solano. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Professeur de l’UNINI.
  • Dre. Izel Márez. Docteure en Ingénierie de projets. Master en Gestion et audit environnementaux.
  • Dr. Roberto M. Álvarez. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Master en Gestion de projet et de conception à l’École polytechnique de Milan, Italie. Professeur de l’Université de Buenos Aires, Argentine. Directeur de la Fondation Universitaire Ibéro-américaine (FUNIBER) Argentine.
  • Dr. Luis Dzul López. Docteur en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Expert en conception de projets de coopération internationale. Professeur à l’UNINI.
  • Dr. Santos Gracia Villar. Docteur. en Ingénierie de projets. Ingénieur industriel. Spécialiste en projets de coopération internationale.
  • Dre. Olga Capó Iturrieta. Docteure en en Ingénierie de projets : Environnement, qualité et prévention. Génie civil industriel. Responsable du Département de projets de l’Institut de recherches agricoles (INIA), Chili.
  • Dr. José Rodríguez. Docteur en Génie civil. Ingénieur civil. Responsable du Département de Gestion environnementale de FUNIBER Pérou.
  • Dr. Lázaro Cremades. Docteur en Ingénierie chimique. Professeur d’Ingénierie de projets de l’Université polytechnique de Catalogne.
  • Dre. Margarita González. Docteure en Ingénierie chimique. Professeure d’Ingénierie de projets de l’Université polytechnique de Catalogne.
  • Dr. José Cortizo Álvarez. Professeur titulaire du Département de Géographie et Géologie de l’Université de León, Espagne.
  • Dr. Manuel Castejón Limas. Professeur titulaire du Département d’Ingénieries informatique, mécanique, informatique et aérospatiale de l’Université de León, Espagne.
  • Dr. (candidat). Gregorio Urriola. Professeur de l’Université des Amériques du Panama. Expert en coopération internationale.
  • Dre. (candidate) Lina Pulgarín Osorio. Titulaire d’une maîtrise en Administration environnementale. Master en Gestion intégrée : Prévention, qualité et environnement.
  • Dr. (candidat). Diego Kurtz. Master en Ingénierie et gestion de la connaissance.
  • Dr. (candidat) Marcelino Diez. Spécialiste et titulaire d’un Master en Gestion de projets. Certifié par le Project Management Institute (PMI) en tant que Gestionnaire professionnel de projets.
  • Dr. (candidat) Nelson Yepes. Ingénieur industriel. Spécialiste en Gestion financière et Master en Conception, Gestion et Direction de projets.
  • Dre. (candidate) Silvana Marín Garat. Économiste. Master en Développement durable. Expérience professionnelle en développement de projets commerciaux avec l’extérieur, et en conseil dans le domaine du commerce extérieur.
  • Dr. (candidat) Pablo Urquizó. Ingénieur informatique. Master en Direction stratégique dans les TIC. Expérience en tant que Directeur et consultant en informatique et technologies de l’information, conception de systèmes et Webmaster.
  • Dr. (candidat) Santiago Brie. Titulaire d’une Maîtrise en Gestion environnementale urbaine. Master en Conception, Gestion et Direction de projets. Professeur de l’Université Nationale de Lanús. Argentine.
  • Dr. (en cours) Jhonny Espinosa Bryson. Ingénieur mécanique et titulaire d’un Master en Conception, Gestion et Direction de projets. Consultant en direction de projets stratégiques.

Bourses

La Fondation Universitaire Ibéro-américaine (FUNIBER) attribue périodiquement une aide financière à titre exceptionnel pour les Bourses de Formation FUNIBER.

Pour en faire la demande, il faut compléter le formulaire de demande d'information figurant sur le site web de FUNIBER ou prendre directement contact avec le siège de la Fondation de votre pays qui vous dira s’il est nécessaire de fournir des informations complémentaires.

Une fois la documentation reçue, le Comité évaluateur examinera la pertinence de votre candidature pour l'octroi d'une aide économique, sous forme de Bourse de Formation FUNIBER.